URGENCE GAZA

Gaza : devant le Conseil de sécurité de l'ONU, MSF dénonce
le mépris de la vie des civils et appelle à un cessez-le-feu immédiat

Lire l'article

Fonds d'urgence

Chapo

Grâce à vous, nos équipes interviennent en urgence auprès des populations qui en ont le plus besoin, partout où nous agissons.

je donne au fonds d'urgence MSF 

Haïti : donner la vie dans les décombres

Djenny 18 ans a accouché après le séisme elle donné naissance à un petit garçon en bonne santé qu'elle a nommé Mike.
Djenny, 18 ans, a accouché après le séisme, elle donné naissance à un petit garçon en bonne santé qu'elle a nommé Mike. © William Daniels

De la chirurgie aux consultations de médecine générale, MSF continue d'étendre la gamme de soins médicaux apportée à la population sinistrée en Haïti. Les soins obstétriques d'urgence aux femmes enceintes, y compris des opérations vitales telles que des césariennes, sont notamment effectués à l'hôpital Isaie Jeanty.

« Nous avons vu tellement de femmes accoucher de bébés prématurés suite aux traumatismes qu'elles ont subis », déclare Eva de Plecker, une sage-femme travaillant à l'hôpital Isaie Jeanty pour MSF.

« Les femmes se présentent avec une éclampsie ou une pré-éclampsie, un problème grave amplifié par le stress. Haïti enregistrait déjà un taux extrêmement élevé d'éclampsies avant le tremblement de terre, les répercussions de ce désastre n'ont probablement fait qu'exacerber ce problème. » Fournir des soins de qualité en urgence, comme des césariennes, peut sauver autant la vie de la mère que celle de l'enfant.

L'hôpital Isaie Jeanty est spécialisé dans les soins obstétriques et maternels dans le quartier Chancerelle de Port-au-Prince. 40% de la douzaine d'accouchements quotidiens requièrent une césarienne.

« La maternité a atteint sa capacité maximale. » ajoute Eva. « Nous gardons plus longtemps en observation les femmes qui ont eu des complications sérieuses mais nous devons aussi faire de la place pour celles qui accouchent

MSF a transformé un entrepôt de l'hôpital en salle de maternité supplémentaire, de manière à augmenter la capacité d'accueil de 18 à 40 lits. Toutefois, le séjour des nouvelles mamans à l'hôpital risque de se prolonger au-delà de leur convalescence. Avec des milliers de familles dormant dans la rue, de nombreuses Haïtiennes n'ont nulle part où s'installer avec leur nourrisson après avoir accouché en sécurité.

Djenny, 18 ans, a accouché après le séisme. Elle donné naissance à un petit garçon en bonne santé qu'elle a nommé Mike. La jeune mère a tout perdu dans la catastrophe. Sa maison s'est entièrement écroulée, elle est sans nouvelles de sa famille et croit que le père de Mike a été tué.

« En temps normal, Mike et Djenny auraient déjà quitté le service car tous deux se portent bien. Mais ils n'ont personne pour prendre soin d'eux, alors nous essayons de trouver un endroit pour les accueillir avant de les laisser partir », explique Eva.

MSF travaille dans cet hôpital en collaboration avec une équipe du ministère de la Santé depuis le 19 janvier. Face à l'ampleur des besoins après le tremblement de terre, MSF a élargi la gamme des services pour inclure de la chirurgie orthopédique, des soins post-opératoires, de la physiothérapie et un soutien psychologique, tout en poursuivant les soins obstétriques et maternels.

Dossier "Tremblement de terre en Haïti"

Retour au dossier consacré aux interventions de MSF en Haïti après le séisme du 12 janvier 2010.

À lire aussi