Gaza au milieu des ruines

Plus de 500 enfants ont été tués au cours des 50 jours de conflit.
Plus de 500 enfants ont été tués au cours des 50 jours de conflit. ©Yann Libessart/MSF

Dans la bande de Gaza du Nord, les zones telles que Shejaaia ont été massivement détruites, laissant des dizaines de milliers de personnes sans abri.

 

Camp de déplacés dans une école UNRWA à Beit Hanoun, où vivent environ 1500 personnes, dont 350 enfants. Hygiène précaire, pas d’électricité ni eau courante. En moyenne 50 personnes par salle.

La nuit,environ 50 personnes se partagent encore une salle de classe à l'école élémentaire de Beit Hanoun.

Plus de 500 enfants ont été tués au cours des 50 jours de conflit.

Bisan Daher, 7 ans, est la seule survivante parmi les 8 membres de sa famille. Elle a passé 6 heures sous les décombres avant d'être repérée et secourue.

Les experts médicaux, comme les chirurgiens de reconstruction plastique, font défaut dans la bande de Gaza pour soigner les milliers de blessés.

Dans la bande de Gaza, Médecins Sans Frontières gère un dispensaire pour les soins post-opératoires et la rééducation, depuis 2007.  Près de 200 blessés sont actuellement en cours de suivi.

Pour certains patients, notamment les grands brûlés, plusieurs mois de physiothérapie et des interventions chirurgicales supplémentaires sont souvent nécessaires.

Le traumatisme psychologique, en particulier chez les plus jeunes, est une préoccupation majeure dans les situations de post-conflit

La phase de reconstruction prendra probablement des années. Certaines maisons venaient juste d'être reconstruites après l'opération "Pilier de défense" en 2012.

De nombreuses industries palestiniennes ont également été endommagées, engendrant un impact significatif sur l'économie et l'emploi.

En l'absence de progrès politique et compte tenu des nouvelles destructions, l’optimisme n’est pas de mise dans la bande de Gaza, que beaucoup considèrent entre deux guerres.

1 / 12

Dans la bande de Gaza du Nord, les zones telles que Shejaaia ont été massivement détruites, laissant des dizaines de milliers de personnes sans abri.

 

Camp de déplacés dans une école UNRWA à Beit Hanoun, où vivent environ 1500 personnes, dont 350 enfants. Hygiène précaire, pas d’électricité ni eau courante. En moyenne 50 personnes par salle.

La nuit,environ 50 personnes se partagent encore une salle de classe à l'école élémentaire de Beit Hanoun.

Plus de 500 enfants ont été tués au cours des 50 jours de conflit.

Bisan Daher, 7 ans, est la seule survivante parmi les 8 membres de sa famille. Elle a passé 6 heures sous les décombres avant d'être repérée et secourue.

Les experts médicaux, comme les chirurgiens de reconstruction plastique, font défaut dans la bande de Gaza pour soigner les milliers de blessés.

Dans la bande de Gaza, Médecins Sans Frontières gère un dispensaire pour les soins post-opératoires et la rééducation, depuis 2007.  Près de 200 blessés sont actuellement en cours de suivi.

Pour certains patients, notamment les grands brûlés, plusieurs mois de physiothérapie et des interventions chirurgicales supplémentaires sont souvent nécessaires.

Le traumatisme psychologique, en particulier chez les plus jeunes, est une préoccupation majeure dans les situations de post-conflit

La phase de reconstruction prendra probablement des années. Certaines maisons venaient juste d'être reconstruites après l'opération "Pilier de défense" en 2012.

De nombreuses industries palestiniennes ont également été endommagées, engendrant un impact significatif sur l'économie et l'emploi.

En l'absence de progrès politique et compte tenu des nouvelles destructions, l’optimisme n’est pas de mise dans la bande de Gaza, que beaucoup considèrent entre deux guerres.

1 / 12

À lire aussi