Soyez là où votre don sauve des vies

France - Journal de l'année 2010/2011

Ils sont arrivés en France, chassés par les violences dans leur pays…
Qu’ils soient érythréens ou Afghans, une fois à Paris, ils sont souvent amenés à dormir dans la rue.
Cet hiver, certains ont été hébergés dans un centre d’hébergement géré par Emmaüs à Montparnasse…
Mais le 30 mars 2011, avec la fin du plan hivernal, c’est pour eux le retour à la rue et à l’instabilité
Ce jeune homme doit quitter le centre d’hébergement dès le lendemain, et attendre que sa demande d’asile soit prise en compte…
Avant de partir, il a un dernier rendez-vous avec Morgane, l’infirmière MSF qui se rend ici pour des consultations. Il se plaint de ses cauchemars récurrents.
Séquence avec les cauchemars
Le suivi médical ne s’interrompt pas avec la fermeture du centre : le centre de santé MSF du 10ème arrondissement reste lui ouvert toute l’année. Il s’adresse principalement à la population des exilés qui vient à la rue. En 2010, plus de 400 patients, en grande majorité afghans, ont eu accès aux aux consultations médicales ou psychologiques.
Dernièrement, ce sont surtout des tunisiens ayant fui leur pays qui ont été reçus au Centre.
Pour les étrangers malades en France, l’accès aux soins risque de se complexifier encore dans les mois à venir…
Les réformes de l’Aide Médicale d’Etat de fin 2010, et la modification du droit au séjour pour les étrangers malades de début 2011, restreignent considérablement leur possibilité de se faire soigner en France. La remise en cause de ces deux dispositifs est une véritable bataille politique cette année pour MSF.

À lire aussi