Entretien avec Mohed Altrad, entrepreneur mondial de l'année 2015

Mohed Altrad
Mohed Altrad ©Altrad

Le vendredi 22 janvier dernier, Médecins sans Frontières recevait des mains de Mohed Altrad un chèque d’un montant total de 100 000 €, du Montpellier Hérault Rugby, de son Fonds de Dotation ainsi que du groupe Altrad. Partenaire privilégié depuis 2014, nous voulions en savoir un peu plus sur l’homme, ses motivations, etc.

Altrad en quelques mots et chiffres clés :

Altrad est un groupe qui a 30 ans d’âge, avec un chiffre d’affaire de 2 milliard d’euros. Altrad, c’est aussi 17 000 salariés présents sur 4 continents. Leader dans les métiers de la fabrication et de la distribution de biens d’équipement pour le bâtiment et depuis quelques années maintenant leader également dans les métiers de service de l’industrie.

Vous vouliez faire quoi comme métier quand vous étiez enfant ? Vous imaginiez devenir le Président d’un groupe qui avoisine les 2 milliards d’€ de CA ?

A vrai dire, lorsque j’étais enfant, les perspectives n’étaient pas nombreuses. Je viens de Syrie où j’ai dû me battre pour aller à l’école, en cachette de ma famille. Le savoir est devenu ma plus grande arme. Il m’a permis d’obtenir une bourse et de venir étudier en France. Devenir Président du groupe Altrad, je n’y pensais pas.

Quelles qualités faut-il pour diriger un groupe de cette taille ?

C’est toujours délicat de répondre à ce genre de question. Je pense que ce n’est pas à moi de vous répondre. Ce qui est sûr, c’est que l’homme seul n’est rien. Le rugby en est d’ailleurs l’illustration parfaite ! Savoir s’appuyer sur son coéquipier, lui faire confiance, avancer ensemble, tout ceci est aussi valable dans le monde de l’entreprise.

Comment l’idée du partenariat avec MSF a-t-il vu le jour ?

Ce partenariat tripartite entre le Fonds de dotation Montpellier Rugby, le Groupe Altrad et MSF a vu le jour tout à fait naturellement. Suite à la sollicitation de Philippe Trinh-Duc, responsable de l’antenne Languedoc-Roussillon de Médecins sans Frontières, nous avons décidé, dès la saison 2013/2014, d’afficher notre soutien à votre ONG. Ce partenariat a été signé pour une durée de 3 années et portait aussi bien sur de la visibilité que sur un soutien financier.

Qu’est ce qui a motivé votre choix de soutenir Médecins Sans Frontières ?

Ce partenariat me tient particulièrement à cœur car l’association accomplit un travail formidable à travers le monde et notamment dans les zones de conflits armés où les populations civiles souffrent beaucoup. Vous soutenir, c’est agir et s’engager. Dans le monde où nous vivons aujourd’hui, c’est important.

Au-delà de la dimension sociétale et humanitaire, quels sont les intérêts d'une telle collaboration pour Altrad ?

Pour un groupe de BTP tel qu’Altrad, il n’y a pas d’intérêt particulier à contracter un tel partenariat. Ce partenariat est avant tout dicté par une nécessité, celle de ne pas rester indifférent à ce qui se passe autour de nous. Le groupe Altrad a des valeurs universalistes et les défend au quotidien. Se ranger aux côtés de MSF était donc, encore une fois, naturel.

Quelles sont les perspectives de ce partenariat ?

Je souhaiterais sincèrement vous répondre que ce partenariat n’a pas de perspective, pas d’avenir. Cela signifierait que Médecins Sans Frontière n’aurait plus lieu d’être car le monde se porterait mieux. Mais comme nul ne sait ce qu’il adviendra demain, il est important d’être au soutien. En associant notre image à Médecins Sans frontières, nous espérons que cela suscitera chez d’autres l’envie de s’engager.

Quel message souhaiteriez-vous adresser aux jeunes entrepreneurs qui se lancent aujourd’hui ?

Je souhaiterais leur dire qu’en France, contrairement à ce que certains disent, il est possible d’entreprendre et de réussir. Beaucoup trop nombreux sont ceux qui abandonnent avant d’avoir essayé. C’est dommage. Il y a beaucoup de choses à faire, beaucoup d’opportunités à saisir et à créer pour ceux qui en ont l’envie et la volonté.

À lire aussi