Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

En attendant le désengagement de Gaza…

La date fixée pour le désengagement israélien de la bande de Gaza est
le 17 août. Dans la perspective de cet événement, nous nous tenons
prêts à adapter nos activités en cas d'urgence. Marco, de retour de 6
mois de mission, raconte l'attente et les préparatifs.

A partir du mercredi 17 août, la présence dans la bande de Gaza de colons ou d'autres civils israéliens sera considérée comme "illégale". C'est en effet la date fixée par le gouvernement israélien pour son désengagement unilatéral de cette partie des Territoires palestiniens.

Préparatifs. Près de 8 000 colons, répartis dans 21 implantations, vivent dans la bande de Gaza, sous occupation israélienne depuis 1967. Le plan de retrait prévoit leur évacuation, suivie du départ des troupes israéliennes d'ici au début du mois d'octobre. Ne resteront alors que les Palestiniens, 1,4 million d'habitants au total, dont plus de 800 000 réfugiés vivant dans huit camps principaux.

Depuis 1988, Médecins Sans Frontières travaille dans les Territoires palestiniens (à Hébron, Naplouse et dans la Bande de Gaza) pour répondre aux conséquences traumatiques de l'Intifada. Nos équipes offrent des soins psychologiques - doublés d'une assistance médicale et sociale - aux familles souffrant de traumas aigus et du manque d'accès aux soins. Dans la perspective du désengagement, nous nous tenons prêts à adapter nos programmes, en fonction du déroulement du retrait israélien (maintien du calme, violences, bouclages de zones palestiniennes, etc.).

Marco rentre de 6 mois de mission dans la bande de Gaza, où il coordonnait nos activités. A travers l'exemple de la commune palestinienne de Mawassi, il évoque les conditions de vie de ses habitants, les espoirs qu'ils placent dans le désengagement israélien, et la façon se préparent nos équipes.

À lire aussi