[Docu] La salle d'attente : les vies suspendues des blessés de la « Marche du retour » à Gaza

Gaza: MSF providing care for the victims of the Great March of Return
Firas (à droite), 19 ans, dans la salle d'attente de la clinique MSF de Gaza City. Il a été blessé par un tir de l'armée israélienne le 4 juin 2018 lors d'une manifestation de la « Marche du retour ». ©Simon Rolin/MSF

À Gaza, nos équipes travaillent avec d'autres acteurs de santé pour traiter des milliers de personnes, blessées par les balles de l'armée israélienne lors des manifestations de la « Marche du retour », qui ont débuté en mars 2018 à la barrière de sécurité séparant Israël de la Bande de Gaza.

6 500 blessés souffrent de plaies complexes et graves, principalement aux jambes, nécessitant de longues périodes de soins et des opérations de de chirurgies répétées. Nombreuses sont les plaies infectées, empêchant la chirurgie reconstructive, qui n'est de toute façon accessible qu'à un tout petit nombre à Gaza.

Dans ce minuscule territoire au système de santé ruiné par plus d'une décennie de blocus israélien, MSF a triplé sa capacité de prise en charge en ouvrant des services d'hospitalisation, renforçant ses équipes chirurgicales et soignant des centaines de personnes quotidiennement dans ses cliniques. Mais le nombre de lits reste encore insuffisant pour traiter ces patients, de même que le nombre de médecins disposant de l'expertise nécessaire pour lutter contre les infections résistantes ou effectuer des chirurgies complexes.

Découvrez les récits de trois patients suivis par les équipes de MSF à Gaza, et leurs conditions de vie suite aux blessures reçues lors de ces manifestations.

À lire aussi