Des centaines de réfugiés Nigerians fuient les combats du lac Tchad vers le Nigeria

Dispensaire MSF pour les personnes jusque là réfugiées au lac Tchad côté Niger ayant fui les affrontements en cours et de retour dans l'Etat du Borno au Nigeria
Dispensaire MSF pour les personnes jusque-là réfugiées au lac Tchad, côté Niger, ayant fui les affrontements en cours et de retour dans l'Etat du Borno, au Nigeria ©MSF

Ces derniers jours, 1 300 Nigerians ont dû évacuer le lac Tchad (où ils s’étaient réfugiés après avoir fui le conflit dans le nord-est de leur pays). Ces départs font suite aux importants affrontements en cours sur une des îles du lac, côté Niger. Ces milliers de réfugiés représentent les premiers retours sur l’Etat du Borno, situé au nord-est du Nigeria, d'autres sont attendus dans les prochains jours. MSF initie une aide d’urgence pour ces personnes.

Le 9 mai, l’agence de gestion des urgences de l’Etat du Borno (SEMA) a mis en place un nouveau camp afin de pouvoir y accueillir les nouveaux arrivants. Ils y sont actuellement entre 1 200 et 1 300, et on s’attend à ce que leur nombre atteigne les 4 000 dans les prochains jours. La plupart sont des hommes âgés, des femmes et des enfants (25% ont moins de 5 ans).

MSF a mis en place un dispensaire dans le camp. Notre équipe y offre des consultations générales, notamment pour les maladies chroniques, des consultations prénatales aux femmes enceintes et assure le dépistage et la prise en charge des enfants malnutris de moins de cinq ans.

En collaboration avec la SEMA, nous fournissons également de l'eau aux déplacés/rapatriés. Nos équipes logistiques ont installé des réservoirs ainsi que des points de distribution à divers endroits du camp. Afin de répondre aux besoins des déplacés, la quantité d'eau fournie augmentera progressivement.

MSF accroît son volume d’activités dans l'Etat de Borno afin de répondre aux besoins des personnes déplacées dont le nombre va croissant : santé, abris, eau et assainissement. MSF met aussi en place un dispensaire de 72 lits dans le centre de santé de Maimusari, un quartier de Maiduguri, capitale de l’Etat de Borno, afin d'offrir des soins primaires pour environ 100 000 personnes, majoritairement déplacées. 

Mise à jour au 11 mai :

  • 120 consultations menées par MSF en un jour, dont 35 pour des enfants de moins de 5 ans et 63 pour des femmes
  • Principales pathologies constatées : diarrhée, maladies cutanées et paludisme

À lire aussi