Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Côte d'ivoire : afflux de blessés à l'hôpital de Bouaké

Suite à des attaques aériennes, nos équipes ont accueilli en urgence une quarantaine de blessés dans l'hôpital de Bouaké.
Jeudi dernier, des attaques aériennes sur la ville de Bouaké, en zone sous contrôle des Forces Nouvelles (ex-rebelles), ont provoqué un afflux de blessés à l'hôpital public où travaille Médecins Sans Frontières. Une quarantaine de personnes ont été prises en charge par notre équipe médicale et chirurgicale expatriée et ivoirienne.

Fortement préoccupée par les conséquences pour les populations civiles de la reprise d'opérations militaires, Médecins Sans Frontières a appelé les parties au conflit au respect du Droit International Humanitaire, notamment en regard de l'obligation qui leur est faite d'épargner les populations civiles et de respecter les structures sanitaires.
illustration
Bouaké, janvier 2003
Suite à des affrontements, un chirurgien MSF opère un blessé

© Francesco Zizola/Magnum Photos
» Une autre urgence, À Abidjan
En Côte d'Ivoire, Médecins Sans Frontières doit faire face à une autre urgence qui mobilise ses équipes : une émeute en cours depuis trois jours à la prison de la MACA, la Maison d'Arrêt et de Correction d'Abidjan. Cette émeute aurait fait déjà près de 45 blessés et au moins dix morts. L'équipe MSF, qui en temps normal apporte ses secours médicaux aux détenus, pénètre sporadiquement dans l'enceinte de la prison, et a déjà transféré douze blessés graves vers l'hôpital universitaire de Yopougon, un quartier de la capitale économique ivoirienne.

D'autres équipes de Médecins Sans Frontières travaillent aussi à l'ouest du pays, en zone gouvernementale et en zone sous contrôle des Forces Nouvelles.
MSF intervient en Côte d'Ivoire depuis 1991. Toutes sections confondues, les équipes de Médecins Sans Frontières en Côte d'Ivoire comptent 68 expatriés et plus de 850 personnels nationaux.

À lire aussi