Colombie : Prise en charge des populations vulnérables de Buenaventura

Acte médical au centre de santé de Buenaventura
Acte médical au centre de santé de Buenaventura ©Aurélie Baumel/MSF

La ville portuaire de Buenaventura est le principal site d'accueil des populations déplacées par le conflit armé sur la côte pacifique. Conditions de vie précaires et privatisation du système de santé ; l'équation décèle d'importantes difficultés d'accès aux soins. En juin 2008, MSF ouvre un centre de santé primaire où plus de 22 500 consultations ont été menées en 2010.

« La réalité socio-économique du pays a contribué à l'échec du système sanitaire, vraisemblablement dessiné sur un modèle de pays développé qui ne prend pas en compte les paramètres inhérents à la Colombie : forte proportion de chômage, exclusion, clientélisme et corruption » explique Oscar Garcia, chef de mission MSF. Un constat confirmé par les 40 % de personnes qui ne bénéficient pas de la sécurité sociale.

Activités médicales et sociales en milieu urbain
La ville de Buenaventura, principal port de Colombie, compte plus de 400 000 habitants. Depuis 2008, le centre MSF propose une offre de soins complète et variée aux populations exclues du système de soins : consultations de médecine générale ou spécialisée en santé sexuelle et reproductive, santé mentale, programme de nutrition, rattrapage vaccinal. MSF assure également un service d'urgences. En 2010, 480 patients y ont été reçus et 40% d'entre eux ont été transférés par ambulance vers l'hôpital. Une composante sociale s'ajoute à l'éventail de soins proposés pour assister les patients dans leur démarche de régularisation et d'insertion.

En sus des consultations opérées dans le centre de santé, MSF se déplace au plus près des populations vulnérables en effectuant des ateliers de sensibilisation ou des activités médicales ambulatoires dans les « barrios », les quartiers sensibles de la ville.

Les pathologies de consultation générale les plus fréquentes sont révélatrices d'un contexte urbain précaire : infections des voies respiratoires, infections cutanées. Néanmoins, la présence de MSF en zone urbaine reste atypique. « MSF est majoritairement présente en milieu rural sur des projets à court ou moyen terme. Une intervention en milieu urbain s'inscrit davantage dans une démarche de développement à long terme. Les services proposés au sein du centre de santé actuel ainsi que dans le second qui ouvrira prochainement perdureront après notre départ. Ces structures sont durables » s'enquiert Gregory Montel, responsable logistique du projet MSF à Buenaventura.

Des victimes de violences oubliées du système sanitaire
Une attention particulière est accordée aux victimes de violence sexuelle pour lesquelles aucune structure hospitalière ou sanitaire ne propose une prise en charge adaptée. MSF met donc à disposition une aide médicale, psychologique et sociale quel que soit le statut d'affiliation de la personne.

En 2010, 106 personnes ont bénéficié d'une assistance suite à des violences mais seulement 26% d'entre elles sont arrivées au dispensaire dans les 72 heures suivant l'incident. Or, au-delà de ce délai, la prise en charge médicale qui permet de prévenir une grossesse, le VIH/sida ou une maladie sexuellement transmissible est inefficace.

« Les violences sexuelles restent un sujet tabou à Buenaventura car elles impliquent le cercle familial ou sont liées au conflit urbain, une sorte de guerre des gangs. Dans les deux cas, la victime peut être inquiétée si elle témoigne. Et le protocole national pousse à la dénonciation pour pouvoir bénéficier d'une assistance médicale, » déplore Pascale Bourdais, coordinatrice du projet de Buenaventura. En 2011, MSF mise sur la sensibilisation et la communication pour inverser ce ratio.

Colombie – Les oubliés du système de santé


À lire aussi