URGENCE GAZA

Birmanie - Intervention d'urgence suite au cyclone Nargis

Rangoun 04/05/2008.
Rangoun, 04/05/2008. © www.alertnet.org/REUTERS/HO

Le cyclone Nargis qui s’est abattu sur plusieurs
régions du Myanmar (Birmanie) aurait entraîné la mort de milliers de personnes et
provoqué d’importants dégâts matériels. Les
équipes MSF présentes à Rangoun mettent en place les premiers secours.

Immédiatement après le passage du cyclone Nargis qui a touché plusieurs régions du Myanmar (Birmanie), les équipes MSF présentes dans le pays ont évalué et répondu aux besoins des populations de Rangoun et de sa périphérie.
Les zones de Daala et Twantey, qui regroupent près de 300 000 habitants au sud de Rangoun, sont détruites à plus de 80% et certains endroits demeurent inondés.

Distributions. Les équipes MSF, qui peuvent se déplacer librement, ont distribué de la nourriture, des produits de première urgence (notamment des bâches en plastique) et ont commencé à traiter l’eau : dans la banlieue de Rangoun, MSF a distribué à près de 5000 personnes des bâches en plastique, des jerricans et du carburant pour les pompes à eau.

Hier, près de 1000 personnes de la région de Twantey ont également reçu l'équivalent d'une semaine de ration alimentaire composée de riz, de haricots secs et d’huile.


Pénurie de nourriture. Le paludisme et la fièvre dengue étant fréquents, voire endémiques dans ces régions, une distribution de moustiquaires est également prévue dans les prochains jours. Les zones rurales et urbaines ont été touchées par le cyclone avec la même ampleur. Selon les premières informations recueillies par nos équipes, les populations rurales comptent sur ce qui reste de leurs réserves de nourriture pour subsister et rassemblent des bambous pour reconstruire leur maison. Les populations urbaines sont, quant à elles, de plus en plus dépendantes de l’aide alimentaire, car il y a pénurie de nourriture et le prix du riz a triplé.

Moyens limités. Dans les zones de Twantey et de Daala, les populations se sont regroupées dans et autour de nombreux monastères et écoles, où il n'y a ni nourriture ni eau potable. Ces nombreux sites de rassemblements spontanés, plus de 50 pour la seule région de Twantey, représentent un défi pour les acteurs de secours. « Nous continuons à apporter notre aide aux populations touchées et à évaluer les besoins. Cependant, avec les moyens limités dont nous disposons en personnel et en matériel, il est clair aujourd’hui que nous ne sommes pas en mesure d'apporter une aide adéquate correspondant aux besoins des populations», explique Souheil Reaiche, responsable des opérations de MSF à Rangoun.

Avec les moyens limités dont nous disposons, nous ne sommes pas en mesure d'apporter une aide adéquate aux populations
Souheil Reaiche, responsable des opérations de MSF à Rangoun

« Alors que le gouvernement a lancé un appel à l'aide internationale, il est essentiel que des visas d’urgence soient délivrés et que des cargaisons de matériel de premier secours soient autorisées à entrer dans le pays. Des équipes MSF attendent depuis plus de 48 heures de pouvoir venir nous aider dans le Delta. »

Vingt employés internationaux spécialistes des interventions d’urgence sont prêts à rejoindre l’équipe MSF sur place. Un avion cargo de 40 tonnes contenant du matériel de première urgence, des bâches en plastique, des aliments thérapeutiques et du matériel sanitaire est prêt à décoller d’Europe.

MSF travaille au Myanmar (Birmanie) depuis 1992. 38 employés internationaux et 1 200 nationaux travaillent sur différents projets dans 7 régions.

Photo : Reuters/ www.alertnet.org

À lire aussi