URGENCE GAZA

Gaza : devant le Conseil de sécurité de l'ONU, MSF dénonce
le mépris de la vie des civils et appelle à un cessez-le-feu immédiat

Lire l'article

Fonds d'urgence

Chapo

Grâce à vous, nos équipes interviennent en urgence auprès des populations qui en ont le plus besoin, partout où nous agissons.

je donne au fonds d'urgence MSF 

Beit Hanoun - Bande de Gaza : Psychologie contre bulldozer

C'est la première visite de Bénédicte, la psychologue de Gaza,
à cette famille dont la maison a été rasée lors des dernières
incursions.

La maman n'est pas présente. Elle était enceinte de 5 mois, elle a respiré du gaz toxique lors de l'incursion, elle a dû avorter à l'hôpital car le bébé avait des séquelles irréversibles.

La famille dormait, il était 2h45 quand le bulldozer a défoncé la porte d'entrée de leur maison. La grand-mère a crié "On a des enfants !". Les soldats sont arrivés, ils ont fait sortir tout le monde. Ils s'étaient trompés de maison, c'était celle d'à côté qu'ils visaient... Les enfants pleuraient, ils avaient peur des chiens des soldats qui aboyaient très fort. A 07h00 ils sont partis, les deux maisons, la leur et celle du voisin, étaient par terre.

illustration
Maisons détruites dans la bande de Gaza.
"Que peut-on faire contre la peur ? Comment soigner ? Si la route était ouverte, je l'emmènerais à la mer.

La dernière fois que j'ai essayé il y avait un char sur la route, il était terrorisé."

Depuis, le plus jeune des garçons, M., s'est isolé. Ils se réveille la nuit en hurlant. Il a des poussées de fièvre, il n'ose plus jouer dans la rue. D'après son père cela ne lui ressemble pas, M. était un enfant actif, dynamique, courageux. Mais là il est inquiet, son fils maigrit, il ne mange plus. Ils l'ont emmené faire des analyses qui n'ont rien révélé. Dans la rue, il longe les murs. Avant quand ils entendaient les tirs, ses parents lui disaient que c'étaient des chasseurs qui tiraient les oiseaux, mais maintenant il sait, il leur réplique "Vous êtes des menteurs !".

(Bénédicte sort des papiers et des crayons, c'est l'heure du dessin. M. s'intéresse d'avantage aux jouets. Il reste en retrait des autres enfants. Et, profitant que personne ne le regarde, commence à jouer)

Le père demande "que peut-on faire contre la peur ? Comment soigner ? Si la route était ouverte, je l'emmènerais à la mer. La dernière fois que j'ai essayé il y avait un char sur la route, il était terrorisé."

Il travaillait en Israël, mais depuis la 2ème Intifada il est au chômage : "J'ai envie de donner plein de choses à mes enfants, mais je n'ai pas d'argent... je le vis très mal, peut-être que c'est moi qui ai besoin d'un psy ?"

Bénédicte regarde les dessins des frères de M. Sur l'un d'entre eux, il y a un monstre avec des pieds crantés, il coupe un olivier avec une pince géante. Comme ils ont perdu tous leurs jouets avec la maison, Bénédicte leur propose de choisir parmi les figurines d'animaux en plastique.

Quand nous repartons, M. a un timide sourire aux lèvres, lui a choisi le tigre.

À lire aussi