Afghanistan : MSF prend en charge 37 victimes d’un attentat à la bombe

Hôpital MSF de Kunduz novembre 2011
Hôpital MSF de Kunduz, novembre 2011 ©Michael Goldfarb/MSF

Le 10 septembre dernier, une importante explosion a eu lieu dans la capitale de la province de Kunduz, dans le nord de l’Afghanistan. Suite à cet attentant, 37 victimes ont été prises en charge dans l’hôpital chirurgical de MSF.

Les blessés souffraient essentiellement de fractures, de traumatismes crâniens et de lésions abdominales ; 13 d’entre eux étaient déjà décédés à leur arrivée à l’hôpital.
    
« L’explosion s’est produite à proximité de l’hôpital et les patients ont afflué quelques minutes plus tard », explique Anna Halford, coordonnatrice de terrain pour MSF à Kunduz. « Gérer une telle situation est une véritable course contre la montre. Dans le cadre de ce projet à Kunduz, nous avons mis en place un plan d’urgence pour faire face à un éventuel afflux massif de blessés. Cela permet au personnel médical de rapidement identifier et prioriser les besoins médicaux en fonction des signes vitaux ».

Depuis août 2011, MSF gère l’hôpital chirurgical à Kunduz. Nos équipes y prennent des blessés en charge et opèrent en urgence. Depuis son ouverture, des centaines de patients ont été soignés dans cet hôpital.
 

En Afghanistan, MSF travaille aussi à l’hôpital d’Ahmed Shah Baba à Kaboul, à l’hôpital de Boost situé à Lashkar Gah, capitale de la province d’Helmand. En mars 2012, MSF a ouvert une maternité dans la province de Khost, à l’est du pays.

Partout où MSF travaille en Afghanistan, une politique très stricte interdit le port d'armes au sein de ses établissements et ce afin d'assurer la sécurité des patients comme des personnels soignants.

Tous nos soins sont gratuits et MSF fait le choix de financer ses activités en Afghanistan uniquement avec les dons des particuliers et de n'accepter aucun fonds publics.

À lire aussi