Opération

Tchad: soins de santé maternels et pédiatriques à Moïssala

© MSF

Depuis 2010, Médecins Sans Frontières prend en charge les personnes affectées par le paludisme à Moïssala, une ville de la région de Mandoul dans le sud du Tchad. Depuis 2018, les équipes de Médecins Sans Frontières étendent leurs activités afin de faciliter l’accès aux soins maternels et pédiatriques.

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent dans l’hôpital de Moïssala, soutiennent des centres de santé et des agents communautaires déployés dans des zones spécifiques de la région.

Le paludisme est responsable de la mort de plus de 400 000 personnes par an. La plupart des victimes se trouvent sur le continent africain. 70 % sont des enfants. Pourtant, on pourrait dire que les choses vont mieux : on estime que plus de 6,2 millions de décès liés au paludisme ont été évités entre 2000 et 2015, grâce à d’importants investissements économiques. Mais beaucoup reste encore à faire.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

L’accès aux soins est extrêmement restreint dans ce pays qui occupe la 185e place sur 188 du point de vue de l’indicateur de développement humain (ONU, 2016). Le paludisme est la première cause de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans, pour qui il représente 19 % des décès, et la troisième dans la population générale (OMS, 2013). Au Tchad, la distribution régionale de la maladie est inégale : le sud est plus touché que le nord du pays.  

Dans la région de Moïssala, le nombre de cas de paludisme peut également être multiplié par cinq lors des pics saisonniers entre juin et novembre. Portant une attention particulière au traitement du paludisme chez les enfants et les femmes enceintes, Médecins Sans Frontières souhaite assurer l’accès à un traitement efficace pour les patients et explorer les modes opératoires capables de réduire le nombre de cas sévères de la maladie.

Par ailleurs, le taux de mortalité maternelle particulièrement élevé dans le pays, avec 856 décès pour 100 000 naissances vivantes (OMS, 2015), a également amené les équipes de Médecins Sans Frontières à orienter leurs activités d'assistance médicale vers les femmes enceintes et les jeunes enfants. 

Notre intervention

Médecins Sans Frontières gère une unité de prise en charge des cas graves de paludisme dans l’hôpital de Moïssala.

Médecins Sans Frontières soutient les services de pédiatrie de l’hôpital de Moissala, la majorité des enfants qui y sont hospitalisés souffrant de formes sévères de paludisme, et s’efforce en parallèle de mettre en place un volet d’actions préventives et curatives des villages jusqu’à l’hôpital pour les enfants de moins de cinq ans, les femmes et les jeunes filles de la région. 

A l’hôpital de Moissala, l’association intervient aux côtés des équipes du Ministère de la santé publique tchadien au sein des urgences pédiatriques, des soins intensifs, des unités pédiatriques et nutritionnelles. Des travaux ont également été lancés pour rénover le bloc opératoire et la maternité.

L’association soutient une vingtaine de structures de santé pour lutter contre le paludisme et renforcer le programme de vaccination, accompagnant également les agents communautaires en charge de la lutte contre le paludisme, en soutenant le programme de vaccination, et en assurant la prise en charge des cas graves à l’hôpital, pendant et en dehors des périodes de pics saisonniers.