Opération

Pakistan : assistance aux populations des zones tribales

Fermée

© Sa'adia Khan

En septembre 2017, après 14 ans de présence dans les districts de Kurram et Bajaur des zones tribales sous administration fédérale (FATA), Médecins Sans Frontières est contrainte par les autorités pakistanaises d’arrêter ses activités. Médecins Sans Frontières était l’une des seule organisation non-gouvernementale à travailler dans cette région qui compte près de 500 000 habitants.

Médecins Sans Frontières portait une assistance médicale aux populations défavorisées du district de Bajaur et de Kurram, au Pakistan.

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillaient dans l’hôpital civil de Nawagai et offraient des soins d’urgence, ambulatoires et de santé maternelle aux populations rurales des zones tribales sous administration fédérale (FATA).

Shaista Aziz est chargée de communication. Elle s’est rendue plusieurs fois dans les régions tribales sous administration fédérales, près de la frontière afghane. Le voyage a duré 7 heures depuis Peshawar, l’une des villes les plus importantes du nord-ouest du Pakistan.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

Au Pakistan, où on considère que plus des deux tiers des habitants n’ont pas accès à des soins de santé gratuits, la mortalité maternelle et infantile est un problème de santé majeur. On compte près de 46 décès de nourrissons pour 1 000 naissances et la mortalité maternelle est très élevée, avec un taux de 178 sur 100 000 (OMS, 2016). Cette situation est encore plus compliquée pour les femmes et les enfants des zones rurales, comme les FATA, où les structures de santé sont plus rares et l’accès aux soins plus difficiles.

Notre intervention

À l’hôpital civil de Nawagai, des équipes de Médecins Sans Frontières travaillaient dans le service de soins ambulatoires, l’unité de stabilisation et l’unité de santé maternelle et infantile, et traitaient aussi les cas de leishmaniose cutanée, pathologie endémique dans le Bajaur.

Les équipes de Médecins Sans Frontières offraient également des soins de santé maternelle et infantile dans les villes d’Alizai et de Sadda, des traitements contre la leishmaniose cutanée ainsi que le transfert vers des structures de soins secondaires, à Peshawar ou Thal, pour les cas les plus compliqués.