Opération

France : assistance aux migrants

05 février 2018
© Remi Decoster/MSF

Médecins Sans Frontières décide en 2015 d’apporter une assistance médicale aux migrants sur le territoire français.

Les équipes de Médecins Sans Frontières offrent des soins médicaux aux migrants avec une clinique mobile et des maraudes à Paris, et mène des activités de veille pour pouvoir répondre aux urgences sur le territoire français.

© MSF février 2017

Khaled et Hassan sont deux migrants qui, comme beaucoup, n'ont pas eu de place dans le centre humanitaire ouvert par les autorités françaises à La Chapelle, dans le nord de Paris, et ont dû dormir dehors malgré le froid et les violences policières. Le 7 janvier 2017, MSF a dénoncé les pratiques brutales de la police qui rendent les conditions des migrants et des réfugiés endormis dans le froid encore plus misérables.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

Face aux politiques de plus en plus brutales de répression des migrations sur le territoire français, notamment dans le nord de la France, Médecins Sans Frontières décide en 2015 d’ouvrir une opération d’assistance médicale aux migrants. Après avoir vécu un parcours migratoire exténuant pour demander l’asile en France ou pour gagner un autre pays de l’Union européenne, les migrants sont confrontés aux labyrinthe administratifs français et à la systématisation des violences policières : harcèlement, dispersion forcée, emploi de gaz lacrymogène… Ils vivent dans des conditions indignes, sans accès aux soins de santé, sans que l’État français ne réponde à ses obligations légales de prise en charge et de mise à l’abri.

Notre intervention

Médecins Sans Frontières apporte une assistance médicale d’urgence aux migrants en France depuis 2015.

L’association ouvre un premier projet en septembre 2015, dans les Hauts-de-France, pour offrir des soins médicaux et de santé mentale aux personnes migrantes, soutenir les centres d’accueil pour mineurs non-accompagnés, construire une clinique à Calais et soutenir la construction du camp de Grande-Synthe, en partenariat avec la municipalité. Médecins Sans Frontières se retire du camp et effectue une passation d’activité à la permanence d’accès aux soins de santé (PASS) en septembre 2016.

Après l’évacuation du camp de migrants de Calais, appelé la « jungle », à la fin du mois d’octobre de 2016, Médecins Sans Frontières a assuré un suivi en santé mentale des migrants les plus vulnérables, tout en continuant d’apporter son soutien à certaines municipalités et associations de la région. Le projet d’assistance d’urgence aux migrants dans les Hauts-de-France ferme en décembre 2016, et Médecins Sans Frontières continue son activité de veille sur les questions migratoires.

Depuis septembre 2016, offre des soins médicaux aux migrants à Paris, avec une clinique mobile et des maraudes à Paris.