Opération

Éthiopie : réponse aux urgences

Fermée

Médecins Sans Frontières a apporté en 2016 une assistance aux populations éthiopiennes, en réponse à un niveau d’insécurité alimentaire élevé.

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillaient dans la région de l'Oromia notamment.

Hawa souffre de malnutrition sévère. Asbuli, Éthiopie. Février 2016. 
 © Philippe Carr/MSF
Hawa souffre de malnutrition sévère. Asbuli, Éthiopie. Février 2016.  © Philippe Carr/MSF

Pourquoi Médecins Sans Frontières est intervenue ?

Entre janvier et mars 2016, Médecins Sans Frontières a mené des évaluations nutritionnelles, en collaboration avec les autorités locales et fédérales, notamment dans des districts des régions de l’Amhara et de l’Oromia. Bien que les équipes de l’association n’aient pas relevé de taux alarmants de malnutrition aigüe sévère, forme la plus grave de malnutrition, elle ont constaté un niveau d’insécurité alimentaire élevé. Dans certaines zones, les populations étaient entièrement dépendantes de l’aide alimentaire pour leur survie, une situation aggravée par une sécheresse en 2015 et 2016.

À la suite de ces évaluations, l’association a lancé deux interventions dans les districts d’Aseko et de Babile dans la région de l'Oromia.

Notre intervention

Médecins Sans Frontières a apporté une assistance aux populations éthiopiennes dans les districts d’Aseko et de Babile, de la région de l'Oromia.

Les équipes de Médecins Sans Frontières sont intervenues de juillet à octobre 2016, à Aseko et de mars à novembre à Babile. Elles ont offert une prise en charge à plus de 5 000 enfants atteints de malnutrition aigüe modérée et 160 enfants atteints de malnutrition aigüe sévère ont été référés vers des programmes de nutrition thérapeutique pour recevoir des soins médico-nutritionnels.