Opération

Afghanistan : assistance aux personnes déplacées à Hérat

© Adhmadullah Safi/MSF

Au cours de l’année 2018, le nombre de personnes cherchant à bénéficier des services offerts par les structures de Médecins Sans Frontières a considérablement augmenté à Hérat.
 

Cela peut s’expliquer par une hausse  de l’insécurité, un dysfonctionnement dans le système de santé, ou encore une hausse des déplacements de population à l’intérieur du pays, suite à une escalade du conflit ou à la sécheresse qui a touché certaines régions du pays. 18 000 familles vivent aujourd’hui dans des camps à Hérat dans des conditions très précaires.

Afghanistan : des conditions de vie difficiles pour les familles déplacées à Herat

Dans le camp d’Hérat, Abdullah et Mohammad racontent le quotidien des familles déplacées.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

On estime que 150 000 personnes ont fui les combats et une vague de sécheresse, et se sont réfugiées dans des camps à Hérat au cours de l’année 2018. C’est dans cette ville du nord-ouest de l’Afghanistan que se trouve un hôpital  régional couvrant les provinces de Hérat, Farah, Badghis et Ghor, touchées par une intensification du conflit et une vague de sécheresse. 
 

Notre intervention

En avril 2018, les équipes de Médecins Sans Frontières ont commencé à travailler dans le service des urgences de l’hôpital d’Hérat, en formant le personnel pour améliorer  la gestion du flux des patients et la prise en charge des cas critiques.

Face à l’afflux de personnes déplacées, Médecins Sans Frontières a ouvert en décembre 2018 un centre pour dispenser des consultations médicales aux  enfants de moins de cinq ans et aux femmes enceintes. Puis, quand l’aide humanitaire a été réduite durant l’été 2019, Médecins Sans Frontières a élargi l’accès aux soins dans son dispensaire à tous les patients, enfants et adultes.