Soudan : un hôpital MSF bombardé dans le Sud Kordofan

Soudan 2008 Marjolein Debruycker
© Soudan, 2008, Marjolein Debruycker ©Marjolein Debruycker/MSF

Un hôpital géré par l’organisation médicale humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) a été directement visé par un bombardement aérien au Soudan le 20 janvier, entrainant la suspension des activités médicales.

L’hôpital, situé dans le village de Frandala au Sud Kordofan, dans les Monts Nouba, a été bombardé par l’aviation soudanaise (SAF). Les bombardements répétés et ciblés dans la région empêchent le bon déroulement des activités médicales et privent la population locale de soins essentiels.

« Nous condamnons dans les termes les plus forts le bombardement de l’hôpital de Frandala, a déclaré Marc Van der Mullen, chef de mission pour MSF. Avec plus de 100 patients présents a l’intérieur de l’hôpital au moment du bombardement, nous avons été très chanceux de ne pas avoir plus de victimes car personne n’a eu le temps de se mettre a l’abri. Tout le monde est choqué et craint de nouvelles attaques ».       

Environ 150 patients et personnels étaient présents en milieu de journée lorsque un avion de chasse soudanais a largué 13 bombes. Deux ont atterri à l’intérieur même de l’hôpital et les autres à l’extérieur, proche de la clôture. Un personnel MSF et un patient ont été blessés et l’hôpital a été endommagé.

Cette attaque fait partie d’une campagne de bombardements indiscriminés au Sud Kordofan, où les forces gouvernementales soudanaises sont engagées dans une guerre contre les groupes rebelles dans les Monts Nouba. La population souffre régulièrement de ces bombardements et les structures de santé ne sont pas épargnées.

L’hôpital de Frandala avait déjà été bombardé en juin 2014. Cette précédente attaque avait eu lieu malgré la connaissance par les autorités de Khartoum de la présence et des activités de MSF à l’intérieur de l’hôpital. Plusieurs patients avaient alors été blessés et un tué. L’hôpital avait aussi subi des dommages importants. A cette époque, MSF avait publiquement condamné l'attaque et demandé le respect des structures médicales.

« Aujourd’hui, il ne fait aucun doute que ce nouveau bombardement est un acte délibéré et ciblé sur une structure civile. Cette stratégie vise à terroriser la communauté, explique Marc Van der Mullen. MSF demande une nouvelle fois à Khartoum de respecter l’assistance que nous apportons à la population. Malgré ces derniers événements nous allons essayer de trouver le moyen de continuer à fournir des soins de santé à cette population prise au piège d’une guerre largement oubliée ».
 

MSF est l’un des rares acteurs de santé présents au Sud Kordofan. L’hôpital MSF de Frandala, avec un service de consultations et d’hospitalisations, fonctionne depuis 2012. Près de 80 000 consultations ont été faites et 4 000 personnes ont été hospitalisées depuis l’ouverture du projet.   

À lire aussi