URGENCE GAZA

Gaza : devant le Conseil de sécurité de l'ONU, MSF dénonce
le mépris de la vie des civils et appelle à un cessez-le-feu immédiat

Lire l'article

Fonds d'urgence

Chapo

Grâce à vous, nos équipes interviennent en urgence auprès des populations qui en ont le plus besoin, partout où nous agissons.

je donne au fonds d'urgence MSF 

Rapport « Echoués dans le désert »

Le récent conflit au Mali, qui a débuté en janvier 2012, a poussé des centaines de milliers de personnes à fuir, à l’intérieur du pays et vers les pays frontaliers. Selon les Nations unies, plus de 270 000 personnes ont été déplacées au Mali, et environ 170 000 se sont réfugiés dans les pays voisins, principalement au Burkina Faso, en Mauritanie et au Niger. La Mauritanie accueille le plus grand  nombre d’entre eux avec près de 68 000 personnes enregistrées par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

En Mauritanie, le camp de Mbéra est situé dans une région isolée et aride, à trente kilomètres de la frontière avec le Mali. Pour survivre, les réfugiés dépendent entièrement de l’assistance extérieure et de l’aide humanitaire, notamment pour couvrir leurs besoins fondamentaux comme la nourriture, l’eau, les abris et les soins médicaux.

Jusqu’à présent, l'intervention d'organisations telles que le HCR et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) n'a pas permis une  réponse suffisamment rapide pour faire face aux différents afflux de réfugiés. Des taux de malnutrition élevés ont ainsi été reportés chez les enfants seulement quelques semaines après leur arrivée dans le camp. Avec des températures atteignant 50 degrés, les réfugiés  reçoivent seulement 11 litres d’eau par jour, et les abris et installations sanitaires ont été largement insuffisants. Même si cette situation s’est récemment améliorée, elle reste néanmoins extrêmement précaire, et les organisations d’aide doivent maintenir leur réponse aussi
longtemps que nécessaire.

Depuis février 2012, Médecins Sans Frontières (MSF) prodigue des soins de santé aux réfugiés. Au cours des dernières semaines, l’offre de soins et le support nutritionnel ont été étendu pour face à la dégradation de l’état de santé des populations vivant dans le camp.

En raison des fondements ethniques et politiques de cette crise, il est peu probable de voir prochainement les réfugiés retourner au Mali. Le défi pour les organisations d’aide est aujourd’hui de mettre en oeuvre des programmes permettant de rehausser leurs conditions de vie au niveau de standards humanitaires acceptables.

Communiqué de presse : Mauritanie : 70 000 réfugiés maliens échoués dans le désert, MSF appelle à un effort humanitaire à la hauteur des besoins

À lire aussi