Offensive sur Hodeidah

Le chef de mission MSF au Yémen était sur RFI pour parler des afflux massifs de blessés dans les hôpitaux

Ecoutez l'interview

Guerre au Yémen : comment empêcher la catastrophe programmée ?

Michaël Neuman, directeur d'études au CRASH, en débattait dans l'émission 28 Minutes sur Arte.

Voir le replay
© MSF novembre 2018

Nouvelles violences en RCA : plus de 10.000 personnes réfugiées dans l’enceinte de l’hôpital de Batangafo

batangafo déplacés
Le 31 octobre 2018, de violents affrontements à Batangafo ont conduit plus 10 000 personnes à trouver refuge dans l'enceinte de l'hôpital soutenu par MSF ©Helena Cardellach

Suite aux affrontements entre groupes armés survenus le mercredi 31 octobre dans le nord de la République centrafricaine, plus de 10.000 personnes se sont réfugiées dans l’enceinte d’un hôpital soutenu par MSF. Le même jour, à Bambari, dans le centre de la République centrafricaine, les équipes de MSF sur place ont pris en charge 12 blessés suite à de violents affrontements.

A Batangafo, dans le  nord de la République centrafricaine, des affrontements entre groupes armés ont entraîné l’incendie de trois camps de déplacés internes, de nombreuses maisons et d’un marché. Plus de 10.000 personnes se sont réfugiées dans l’enceinte de l’hôpital soutenu par MSF, tandis que plusieurs centaines d’autres se sont enfuies en brousse.

MSF a reçu vingt blessés, dont dix nécessitant une opération chirurgicale d’urgence. Deux d’entre eux sont décédés à l’hôpital de Batangafo des suites de brûlures.

« La situation à Batangafo et à Bambari reste très tendue. La protection de la population reste notre principale préoccupation, déclare Omar Ahmed Abenza, chef de mission MSF en RCA. Nous demandons la coopération continue de toutes les parties prenantes au conflit pour pouvoir apporter de l’aide aux civils », ajoute Omar Ahmed Abenza.

« Cette dernière flambée de violence risque d’affaiblir davantage les communautés déplacées qui étaient déjà dans une extrême précarité et qui aujourd’hui manquent de nourriture, d’abris et d’autres biens de base », ajoute-t-il.

À lire aussi