Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

MSF appelle les autorités somaliennes à la libération immédiate et en toute sécurité de deux membres de son personnel

Après avoir confirmé que deux membres de son personnel ont été enlevés de force hier matin à Bossaso, l'organisation médicale internationale Médecins Sans Frontières (MSF) lance un appel urgent pour la libération immédiate et en toute sécurité de ses deux collègues.

Il s'agit de Mercedes Garcia, médecin espagnole, et de Pilar Bauza, infirmière argentine. Elles ont été enlevées alors qu'elles se rendaient au centre de traitement nutritionnel monté par MSF à Bossaso, à proximité des camps de déplacés et de réfugiés, dans la région du Puntland en Somalie.

Dans le cadre de ce projet nutritionnel, 7 000 enfants malnutris de moins de 5 ans sont pris en charge. Ces enfants font partie des quelque 25 000 personnes déplacées vivant dans 19 camps de la région. Une partie de l'équipe de Bossaso a été évacuée. Trois volontaires de nationalité étrangère restent sur place. MSF est en contact avec les autorités locales et nationales.

Depuis le début des activités de MSF à Bossaso en mai 2007, l'équipe n'a pas reçu d'attaques ou de menaces directes. Cependant, la situation dans la zone est précaire en raison des divers actes de violences de la part des groupes armés.

« Notre priorité maintenant est que nos collègues soient libérées saines et sauves. Nous dénonçons les attaques contre les travailleurs humanitaires qui rendent plus difficile l'accès aux populations vulnérables. La Somalie est oubliée et ces incidents ne font qu'aggraver la souffrance des populations », a déclaré le Dr. Paula Farias, président de la section espagnole de MSF.

À lire aussi