Médecins Sans Frontières peut reprendre une partie de ses activités en Birmanie

Depuis ce lundi 3 mars la section néerlandaise de Médecins Sans Frontières est autorisée à reprendre une partie de ses activités en Birmanie. L’organisation a obtenu cette autorisation de la part des ministères de la Santé publique et des Affair
©Aye Pyae Sone

Depuis ce lundi 3 mars, la section néerlandaise de Médecins Sans Frontières est autorisée à reprendre une partie de ses activités en Birmanie. L’organisation a obtenu cette autorisation de la part des ministères de la Santé publique et des Affaires étrangères à l’issue de discussions menées le 28 février.

Le jeudi 27 février, le gouvernement avait ordonné à la section néerlandaise de Médecins Sans Frontières d’interrompre toutes ses activités dans le pays. L’organisation avait donc fermé toutes ses cliniques le 28 février, laissant ses patients désemparés et désespérés.

La section néerlandaise de MSF considère l’autorisation reçue hier comme une étape encourageante, mais s’inquiète toujours du sort de dizaines de milliers de personnes vulnérables dans l’État de Rakhine, où sévit une crise médicale et humanitaire.

Les cliniques de la branche néerlandaise de MSF à Rakhine sont fermées depuis le 27 février, après que les autorités locales ont communiqué oralement que les activités devaient être suspendues.

Avant l’interruption des activités, l’organisation offrait toute une série de soins médicaux sur neuf sites dans l’État de Rakhine, ce qui lui permettait de traiter toutes les personnes qui n’avaient pas accès à l’assistance dont elles avaient besoin.

Médecins Sans Frontières attend impatiemment la suite du dialogue avec le gouvernement du Myanmar, afin de pouvoir continuer à apporter des soins médicaux essentiels à tous ceux qui en ont besoin.

À lire aussi