Kunduz : le bilan s’élève à 42 personnes tuées par les frappes aériennes américaines sur l'hôpital MSF

L'hôpital de Kunduz photographié le 10 octobre. Andrew Quilty
L'hôpital de Kunduz photographié le 10 octobre. © Andrew Quilty ©Andrew Quilty

Après deux mois d’investigations menées suite aux frappes aériennes américaines qui ont détruit le centre de traumatologie de Médecins Sans Frontières (MSF) à Kunduz, en Afghanistan, le 3 octobre dernier, MSF annonce aujourd’hui que le nombre de morts s’élève désormais à 42 personnes.

14 membres du personnel de MSF, ainsi que 24 patients et quatre accompagnateurs (des proches qui fournissaient également des soins aux patients hospitalisés) ont été tués. MSF avait auparavant rapporté un nombre de mort approximatif de 30 personnes, mais un examen méthodique des dossiers de MSF et des réclamations des familles, des témoignages des patients, du personnel et des familles permet de confirmer aujourd’hui un bilan de 42 morts.

Bien qu’il ait été extrêmement difficile de déterminer lenombre de morts dans le chaos des débris de l’hôpital suite à l'attaque, des efforts considérables ont été entrepris afin d'identifier les personnes décédées. Une partie desarchives médicales, des dossiers des patients et des feuilles d'admission ont été détruits dans l’incendie du bâtiment principal de l'hôpital au cours de l'attaque. En outre, d’autres restes humains ont été retrouvés dans les décombres de l'hôpital au cours des deux derniers mois. Des investigations détaillées ont été menées par le biais d’entretiens avec le personnel de MSF, avec des patients et des membres des familles. Ces informations ont été recoupées avec celles d'autres hôpitaux en Afghanistan où les patients de MSF ont été référés après l’attaque, ce qui porte le nombre de morts à au moins 42 personnes.

Pour plus d’informations sur l’attaque de Kunduz : www.kunduz.msf.org

À lire aussi