Violents affrontements et afflux de blessés à Pibor, au Soudan du Sud

En 2013 le centre de santé MSF de Pibor avait déjà été pillé
En 2013, le centre de santé MSF de Pibor avait déjà été pillé ©Vikki Stienen/MSF

Le 23 février, de violents affrontements ont oppposé l'armée et différents groupes rebelles à Pibor, ville située dans l'État oriental du Jonglei, au Soudan du Sud. Au moins 35 personnes ont été blessées et envrion 1 000 autres afflué dans la base de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), en quête de sécurité et de protection.

Plusieurs maisons ont été détruites. Le centre de santé MSF a été pillé. Du fait de la proximité d'échanges de tirs nourris l'équipe a elle aussi décidé de se retrancher dans l'enceinte du camp de la MINUSS. C'est là que notre personnel médical, qui avait emporté des médicaments et du matériel médical avec lui, a pris en charge des blessés.

Les affrontements se sont poursuivis le 24 février et sont toujours en cours. Aujourd'hui, à la mi-journée, 35 personnes avaient été soignées. Mais, sans moyens chirurgicaux, impossible d'effectuer les opérations d'urgence pourtant absolument nécessaires.

« La population de Pibor a besoin de soins médicaux de toute urgence et nous ne disposons que de ressources très limitées pour pouvoir répondre à ces besoins vitaux, explique Corinne Benazech, chef de mission MSF. Nous devons évaluer l'ampleur des dégâts et des pillages dans le centre de santé MSF. Si nous ne pouvons pas y reprendre nos activités, la situation, déjà difficile, pourrait devenir catastrophique, étant donné que nous sommes les seuls acteurs médicaux de la région. »

Le 18 février, des combats dans le site de protection des civils de Malakal ont fait au moins 18 morts, dont 2 employés de MSF. « Nous demandons, une nouvelle fois, l'ensemble des acteurs armés à respecter le droit international humanitaire qui protège les civils, les structures sanitaires et la délivrance de l'aide humanitaire », appelle Corinne Benazech.

EN SAVOIR PLUS

► Consultez notre dossier détaillé sur l'urgence qui frappe le Soudan du Sud

À lire aussi