Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

République centrafricaine : auprès des déplacés vulnérables du camp de M'Poko à Bangui

A Bangui, capitale de la République centrafricaine (RCA), plus de 200 000 personnes sont toujours déplacées par la violence et vivent regroupées sur différents sites non-adaptés. Alors que l'arrivée de la saison des pluies rend leurs conditions de vie encore plus difficiles, la plupart ne reçoivent toujours pas suffisamment d'assistance. Or, les pics récurrents de violence et les derniers affrontements ont provoqué de nouvelles arrivées dans les camps et l'insécurité empêche les déplacés de rentrer chez eux.

Dans le camp de déplacés de M'Poko, situé à l'aéroport international de la Bangui, plus de 60 000 personnes survivent dans des conditions sanitaires difficiles.

Depuis décembre 2013, MSF intervient dans ce camp. Chaque jour, nos équipes travaillant à l'hôpital de campagne (60 lits) et dans les trois postes de santé du camp dispensent, en moyenne, plus de 1000 consultations (pansements de plaies, d'abcès, de brûlures, traitement du paludisme, de la malnutrition et des infections respiratoires). En janvier et février 2014, MSF a pris en charge 530 blessés et victimes de violence.

Elles aident aussi chaque jour une dizaine de 10 femmes à accoucher et délivrent des soins aux nouveaux-nés.

MSF assure aussi le transfert des urgences médicales et chirurgicales vers les établissements hospitaliers de la ville.

Enfin, MSF gère l'approvisionnement en eau (600 m3 d'eau par jour), assure des activités d'assainissement (construction de 216 latrines). 

► Retrouvez notre dossier consacré à la crise frappant la République centrafricaine.

À lire aussi