URGENCE GAZA

Gaza : devant le Conseil de sécurité de l'ONU, MSF dénonce
le mépris de la vie des civils et appelle à un cessez-le-feu immédiat

Lire l'article

Fonds d'urgence

Chapo

Grâce à vous, nos équipes interviennent en urgence auprès des populations qui en ont le plus besoin, partout où nous agissons.

je donne au fonds d'urgence MSF 

RDC - Fin de l’urgence choléra au Katanga

Province du Katanga 02/02/2008. Les équipes MSF ont mis en place des centres de traitement et des systèmes d’approvisionnement en eau potable.
Province du Katanga, 02/02/2008. Les équipes MSF ont mis en place des centres de traitement et des systèmes d’approvisionnement en eau potable. © François Dumont /MSF

L'urgence est maintenant terminée pour les équipes de MSF, mais les causes de l’épidémie demeurent.

Le 25 avril 2008, MSF a transféré aux autorités sanitaires congolaises la gestion de ses centres de traitement du choléra (CTC) à Lubumbashi et à Likasi où le nombre de patients avait fortement diminué.

Au total, 4 691 patients ont été pris en charge depuis début janvier, dans les CTC de MSF situés dans la province du Katanga, dans le sud-est de la RDC.

"Lorsque l'épidémie s'est déclenchée, nous avons mobilisé 20 volontaires MSF en 48 heures", raconte Bertrand Perrochet, coordinateur du Pool d’Urgence MSF au Congo (PUC).

"Nous avons intensifié la prise en charge des patients dans l'hôpital de la Kenya à Lubumbashi, ouvert un centre de traitement dans un autre quartier de la ville, à Katuba, et construit un centre de traitement à Likasi, une ville située à deux heures de route de Lubumbashi, où le nombre de cas devenait alarmant. Nous avons aussi travaillé à Bukama, plus au nord."



Maladie du pauvre. "C’était une situation catastrophique qui, une fois de plus, a touché les habitants les plus pauvres du Katanga, une province connue pour ses richesses minières", ajoute Bertrand Perrochet. Maladie dite "du pauvre", le choléra se propage là où l'eau potable se fait rare et où les gens sont condamnés à vivre dans des conditions d'hygiène désastreuses.
Au cours de cette épidémie, les populations les plus démunies ont fait les frais des défaillances des infrastructures sanitaires dans la région. Au moins 150 personnes ont perdu la vie.

Au plus fort de l'épidémie début février, 800 personnes ont été traitées contre le choléra en l’espace d’une semaine. Puis, quand le nombre de patients a considérablement diminué fin mars, les équipes MSF ont fermé le centre de traitement de la Katuba à Lubumbashi et, quelque temps après, ceux de Likasi et de l’hôpital de la Kenya à Lubumbashi.

"Notre équipe, qui répond aux urgences à travers tout le pays, a passé le relais au personnel du ministère de la Santé, avec lequel nous avons collaboré tout au long de cette intervention", précise le coordinateur du PUC. L'intervention d’urgence est terminée pour nos équipes. Mais ni l'accès à l'eau, ni les conditions d'hygiène ne se sont améliorées pour les habitants les plus pauvres du Katanga.

"J’ai eu très peur, j’étais entre la vie et la mort"

Jean* est un patient du centre de traitement du choléra de la Katuba, à Lubumbashi. Après cinq jours de traitement, il va pouvoir quitter la salle de convalescence et retrouver les siens. Jean a accepté de témoigner, mais a demandé à rester anonyme. Dans la communauté, le choléra est une maladie honteuse…

Tout a commencé mercredi passé, vers 22 heures. J’ai senti des bourdonnements au ventre et j’ai eu plusieurs fois des diarrhées très fortes. Ma femme m’a dit que ça devait être les légumes que j’avais mangés. Ca m’a tranquillisé.

Mais le lendemain matin, ça s’est agravé. J’ai pris des antibiotiques. Sans effet. On s’est rendu compte que c’était grave, alors on a cherché un moyen de transport pour m’amener au centre de traitement du choléra de MSF. J’étais très abattu, inconscient même.

J’ai été pris en charge rapidement, on m’a mis en salle d’observation. J’ai pris des liquides de réhydratation pendant une journée et j’ai commencé à me réanimer lentement. J’allais mieux car je n’avais plus les oreilles et la gorge bouchées. On m’a mis dans la tente des convalescents.

Le lendemain, vers 19 heures, j’ai fait une rechute. Alors on m’a donné de nouveaux liquides de réhydratation: six la nuit, six le matin. Jusqu’à ce que je me rétablisse encore. Je suis arrivé ce matin en salle de convalescence. Maintenant, je suis en forme, je commence même à sentir quelques petites quantités de forces arriver…

Dans le quartier de la Katuba, nous consommons l’eau du système public de distribution, mais il y a souvent des ruptures. Ma femme va alors puiser de l’eau dans des puits. Mais vous voyez, il y a un problème d’hygiène. Les routes sont devenues des dépotoirs, pleines de saletés. Dans ma rue, vous ne pouvez pas passer facilement en voiture. Ce n’est pas une route, c’est là où on jette les déchets ménagers! Quand il pleut, l’eau emporte tous ces déchets dans les puits. Autour des puits, vous voyez les gens attendre que la saleté qui est à la surface coule, avant de puiser l’eau.

Aujourd’hui, je suis guéri. J’ai appelé ma femme et elle va m’apporter des vêtements pour que je puisse sortir. J’ai eu très peur, j’étais entre la vie et la mort. Vous ne pouvez pas savoir ce qu’est le choléra sans faire le choléra. Cette maladie tue. Ma seule peur aujourd’hui, c’est de la contracter encore.

* Ce prénom a été changé

À lire aussi