MSF répond à la situation de violence évoluant très vite au Soudan du Sud

Soudan du Sud décembre 2013.
Soudan du Sud, décembre 2013. ©Kim Clausen/MSF

Les équipes médicales MSF sont extrêmement préoccupées par le sort des personnes touchées par les combats au Soudan du Sud.

Les tensions et la situation de conflit s’observent toujours dans plusieurs régions du Soudan du Sud, une semaine après les premiers embrasements. Les équipes d’urgence de Médecins Sans Frontières (MSF) étendent leurs opérations aux régions touchées, en soignant des blessés, donnant des médicaments et du matériel médical à des structures de soins et en apportant des secours à des personnes déplacées par les violences.

Des combats ont éclaté à Bentiu, la capitale de l’Etat d’Unity, le 20 décembre. L’hôpital du ministère de la Santé à Bentiu a reçu 42 blessés, dont 19 ont eu besoin d’une intervention chirurgicale. Une équipe MSF apporte actuellement un soutien à l’hôpital de Bentiu, axé sur les soins de stabilisation et les soins post-opératoires, en collaboration avec le Comité International de la Croix-Rouge.

Le 22 décembre, des affrontements ont eu lieu à Nasi, dans l’Etat d’Upper Nile. L’hôpital MSF à Nasir a reçu 24 blessés par balle. 16 d’entre eux ont été hospitalisés, 2 sont décédés et 8 ont été pris en charge aux urgences.

« Nous sommes très préoccupés pour ce qui est de la sécurité des personnes prises dans les violences, note Mike White, chef de mission MSF. Après trente ans de présence au Soudan du Sud, nous sommes déterminés à faire tout ce qui est possible pour venir en aide aux personnes qui ont le plus besoin de secours. »

A Djouba, dans la capitale, deux équipes d’urgence comprenant des médecins, des logisticiens et des spécialistes en traitement de l’eau ont commencé à dispenser des soins médicaux pour les 20 000 personnes déplacées par les récents combats.

« Hier alors que nous installions le dispensaire mobile pour les personnes déplacées à Djouba, des personnes faisaient encore la queue, elles étaient avec leurs enfants et portaient toutes leurs affaires. Avec ce conflit, les gens ne savent pas si la situation va évoluer et ils ont peur de retourner chez eux, indique Forbes Sharp, coordinateur d’urgence de MSF. La situation évolue rapidement au Soudan du Sud et nous nous adaptons du mieux que nous pouvons à cette situation de violences mouvante. »

Des équipes d’urgence sont déployées pour renforcer les activités menées par MSF et pour répondre aux besoins qui émergent. MSF a réduit son personnel non essentiel dans le but de déployer des équipes d’urgence spécialisées et poursuit parallèlement ses activités médicales dans les 12 programmes qu’elle mène dans l’ensemble du pays.

MSF appelle tous les acteurs à respecter les structures médicales ainsi que leur personnel et à assurer un accès sans danger aux soins de santé.


MSF travaille dans la région qui est devenue la République du Soudan du Sud depuis 1983. MSF est présente dans huit des dix Etats du Soudan du Sud et répond à plusieurs urgences, notamment aux déplacements de populations, aux afflux de réfugiés, aux situations nutritionnelles alarmantes et aux maladies à grande échelle, comme le paludisme et le kala-azar, et fournit également des soins de santé de base et spécialisés.

Dossier spécial Urgence au Soudan du Sud

Consultez notre dossier détaillé sur l'urgence qui frappe le Soudan du Sud.

À lire aussi