MSF à la Conférence de l'International AIDS Society (IAS) à Paris

Homa Bay Kenya : Winnie 25 ans testée séropositive en 2015 et sous traitement antirétroviral.
Homa Bay, Kenya : Winnie, 25 ans, testée séropositive en 2015 et sous traitement antirétroviral. ©Patrick Meinhardt

Lors de la Conférence de l’International AIDS Society (IAS) 2017, MSF présentera les résultats de ses études opérationnelles en lien avec le SIDA. Ces dernières ont été principalement axées autour des obstacles à l’obtention et à l’observance du traitement, des échecs de traitement, des outils de diagnostic, du contrôle de la charge virale, et du traitement de la tuberculose et des infections opportunistes. Nous effectuerons également un compte-rendu des différentes réalités sur le terrain : des zones à faible couverture, telles que la Guinée, la République démocratique du Congo ou le Soudan du Sud, aux zones à couverture élevée d’Afrique australe et orientale (Ouganda, Kenya, Malawi, Mozambique). Nous accompagnerons ce compte-rendu des dernières données relatives aux prix des médicaments et aux risques qui pèsent sur l’accès au traitement du VIH.

Télécharger le programme MSF@IAS2017

Télécharger les abstracts

 

Picto advanced hivSIDA

MSF continue de recevoir un très grand nombre de personnes atteintes du VIH à un stade avancé (taux de CD4 inférieur à 200/mm3) dans ses hôpitauxd’Afrique subsaharienne. Dans les hôpitaux gérés et soutenus par MSF en Guinée, en RDC, au Kenya et au Malawi, le taux de mortalité est de 30 à 40% parmi les patients atteints du VIH. En outre, plus de 50% des cas de VIH à un stade avancé admis à l’hôpital ont déjà entrepris un traitement antirétroviral par le passé. Toutefois, stade avancé du VIH et échec thérapeutique ne doivent plus être synonymes de mort. Il est possible de se remettre du VIH à un stade avancé si des actions rapides sont mises en place au niveau des communautés, des établissements de soins primaires et des hôpitaux. Il faut instaurer des contrôles fréquents de la charge virale, un suivi du taux de CD4 et l’établissement d’outils de diagnostic rapide sur le lieu de soins, ainsi que permettre l’accès à des traitements abordables et efficaces contre les infections opportunistes.

Satellite MSF

Waiting isn’t an Option: Preventing and Surviving Advanced HIV
Organisé par MSF
Dimanche 23 juillet, de 12h30 à 14h30
Palais des Congrès / Salle Maillot

Briefing paper Waiting isn’t an Option: Preventing and Surviving Advanced HIV 

Rapport Les négligés de l'infection au VIH

Manuel clinique VIH/TB Niveau hospitalier

 

Photo: Kinshasa doctor & patient ©kris Pannecoucke

République démocratique du Congo, 2017 © Kris Pannecoucke

 

Picto West and Central AfricaAfrique occidentale et centrale

L’Afrique occidentale et centrale compte 45% des enfants nés avec le VIH, 27% des décès liés au VIH et 21% des nouvelles infections dans le monde. Dans cette région, les cascades de traitement sont bien inférieures aux autres parties d’Afrique, avec seulement 36, 28 et 12%, contre 66, 54 et 45% en Afrique australe et orientale. En 2015, 4,7 millions des 6,5 millions de personnes vivant avec le VIH dans la région n’avaient pas accès aux traitements. Et pourtant, la priorité est accordée aux pays dont le taux de morbidité est plus élevé.

La conférence réunira des représentant des gouvernements, des scientifiques, des bailleurs de fonds et des représentants d’organisations de la société civile car une action conjointe est attendue de toute urgence et des solutions existent. Cet événement mettra en évidence les meilleurs modèles et pratiques de soins permettant d’accroître l’accès aux traitements et d’améliorer la qualité des soins.

Satellite MSF

West & Central Africa:  Making the Case for a Region-Specific Solution
Organisé par MSF, l'OMS et l'UNAIDS
Dimanche 23 juillet, de 10h15 à 12h15
Palais des Congrès / Salle Maillot

Guide de mise en place des postes de distribution communautaire d’ARV

► Rapport Plus de temps à perdre : surmonter les obstacles à l'accélération du traitement du VIH
 

Financement de la recherche © Kris Pannecoucke

République démocratique du Congo, 2017 © Kris Pannecoucke

 

Threats to HIV treatments scale upRisques pour le déploiement de traitements contre le VIH

En ces temps où les preuves existantes doivent être rapidement traduites en pratique, les fonds internationaux dédiés à la lutte contre le VIH sont en baisse. Certaines avancées durement acquises risquent d’être perdues car les pays confrontés à des problèmes de financement devront prendre la décision difficile de rationner les traitements et de retarder les investissements dans des stratégies pourtant éprouvées. Il ne sera pas possible d’atteindre les objectifs sanitaires mondiaux, notamment en matière de lutte contre le VIH, si nous n’accroissons pas l’assistance nationale et internationale.

Briefing paper Threats to HIV treatment scale-up
 

 

PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE

Dying of AIDS in the era of antiretrovirals
Intervenants : Dr Eric Goemaere, Dr Stephen Wanjala, Dr Amir Shroufi
Mardi 25 juillet, de 12h à 12h45
Palais des Congrès / Salle des conférences de presse (Niveau 3)

Contact presse : Charlotte Morris
+44 75 87 55 35 39
Charlotte.Morris@london.msf.org

Consulter le communiqué de presse En Afrique subsaharienne, beaucoup meurent encore du SIDA, même sous traitement antirétroviral

Télécharger des photos libres de droit

Twitter Suivez-nous sur Twitter @MSF_HIV



RESSOURCES

Téléchargez nos rapports :


ARV

Charge virale



► Retrouvez davantage de ressources sur le sujet sur notre site international (en anglais)
 

À lire aussi