Johannesburg : intervention de MSF suite aux pics de violence

www.alernet.net
www.alernet.net ©REUTERS/Siphiwe Sibeko (SOUTH AFRICA)

En réponse à la violence qui a frappé Johannesburg, en Afrique du sud, MSF fournit une aide médicale d’urgence aux blessés.

Violence à Johannesburg. La violence, principalement dirigée contre des étrangers des pays voisins, a d’abord embrasé, le 11 mai, le « township » de Alexandra avant de se propager dans d’autres quartiers et atteindre le centre de Johannesburg durant le week-end.

Les équipes mobiles MSF se sont rendues dans 13 de ces lieux affectés par la violence. « Nous avons pris en charge des blessés par balle, des personnes souffrant de traumatismes crâniens, d'autres sévèrement frappées, lacérées, brûlées ou victimes d’autres formes de violence », explique le Dr Eric Goemaere, coordinateur médical pour MSF en Afrique du Sud.

Déplacements de population. Cette violence a provoqué des déplacements de population et expose particulièrement les femmes, les enfants et les Zimbabwéens, qui n’ont pas le statut de réfugié en Afrique du Sud. Dans les endroits de Johannesburg visités par les équipes, MSF évalue le nombre de déplacés à plus de 7000 personnes. Les équipes mobiles ont pris en charge plus de 150 patients. Toutefois, elles n’ont pu accéder aux endroits les plus touchés par les attaques et s’inquiètent du sort de ces populations.

Un trop petit nombre d’organisations locales, parmi lesquelles la Croix-Rouge sud-africaine, se mobilisent pour répondre aux besoins de première nécessité des déplacés (abris, nourriture, hygiène). Dans certains endroits, plus de 1500 personnes dorment sous tente ou à ciel ouvert, exposées à d’éventuelles attaques.

Insécurité. « Certains nous font part d’un sentiment d’insécurité, dans ces lieux où nos équipes ont été témoins d’actes d’intimidation et de violence », rapporte Rachel Cohen, chef de mission pour MSF en Afrique du Sud. « Ils ont besoin d’une protection et d’une assistance appropriées de la part des autorités et des acteurs de l’aide internationale ».

MSF s’inquiète de la situation actuelle et de la vulnérabilité de ces personnes déplacées et réfugiées dans Johannesburg, qui craignent pour leur vie et qui ne pourront pas faire face à une éventuelle dégradation de la situation.

MSF travaille dans le centre de Johannesburg depuis décembre 2007 auprès des Zimbabwéens qui cherchent refuge à la Central Methodist Church et dans les environs, pour leur fournir un accès à des soins médicaux. MSF travaille également à Musina, dans la province de Limpopo proche de la frontière du Zimbabwe, pour fournir des soins de santé primaires.

À lire aussi