Coronavirus : MSF contrainte de mettre en suspens un programme de chirurgie pédiatrique au Liberia

Des chirurgiens pédiatriques MSF pendant une opération.Le Bardnesville Junction Hospital est situé à Monrovia, la capitale du Liberia. 
Des chirurgiens pédiatriques MSF pendant une opération. Le Bardnesville Junction Hospital est situé à Monrovia, la capitale du Liberia.  ©Åsa Nyquist Brandt/MSF

Médecins Sans Frontières menait un programme de chirurgie pédiatrique au Liberia, pays dans lequel cette spécialité est extrêmement rare et inaccessible à une grande partie de la population. Dans le contexte de pandémie de Covid-19, qui impose de nombreuses restrictions, l’association a été contrainte de mettre ce projet en suspens.

Aucun chirurgien ne viendra pour l’instant remplacer le Dr Neema Kaseje, qui a terminé il y a quelques jours sa rotation d’expatriée internationale dans le Bardnesville Junction Hospital de Monrovia.

C’est dans cet hôpital que Médecins Sans Frontières menait depuis 2018 un programme ambitieux de chirurgie pédiatrique et offrait des soins gratuits à des enfants souffrant de maladie congénitales ou de pathologies sévères. 

Le Dr Kaseje a été l’une des premières chirurgiennes à participer à ce projet, avant de revenir en 2020. « C'était incroyable de voir le développement extraordinaire qu’a connu ce projet en seulement deux années de fonctionnement, explique le Dr Kaseje. Aussi bien en termes de nombre de cas, de capacité de l'équipe chirurgicale et de l'équipe auxiliaire, qu’au niveau de la complexité des cas et de la sévérité des maladies que nous prenions en charge. »

L'hôpital MSF de Monrovia, dans lequel est situé le programme de chirurgie pédiatrique de l'association. 
 © Diana Zeyneb Alhindawi
L'hôpital MSF de Monrovia, dans lequel est situé le programme de chirurgie pédiatrique de l'association.  © Diana Zeyneb Alhindawi

Le président du Liberia, George Weah, a annoncé des mesures de confinement et des restrictions de déplacement à partir du samedi 11 avril. Les mouvements entre les différentes régions sont interdits et les frontières du pays sont fermées. MSF a été forcée de suspendre temporairement son programme de chirurgie et doit maintenant orienter les patients vers d'autres établissements, qui ne sont pas spécialisés dans le traitement des jeunes enfants.

Un projet vital

Un des derniers enfants opérés par le Dr Neema Kaseje avait 5 mois et présentait une obstruction intestinale, une situation qui peut rapidement conduire au décès. 

Pour le Dr Kaseje, recevoir cet enfant et pouvoir l’opérer, « était un témoignage de la confiance dans le programme que nous avions créé. [La famille] a choisi de venir chez nous. » Le projet MSF avait en effet réussi à être reconnu au sein des communautés de Monrovia. 

Photo : le Dr Kaseje tient dans ses bras l’enfant de 5 mois dont l’opération s’est déroulée avec succès.

© Neema Kaseje

Il a été particulièrement difficile pour le Dr Kaseje d'apprendre qu'après son départ du Liberia, aucun nouveau chirurgien ne viendrait la remplacer « Les enfants nécessitent une gestion clinique adaptée à leur âge, avec un équipement, une infrastructure et des fournitures adaptés. Il peut être très difficile - voire impossible - de traiter un petit enfant sans le bon équipement et sans savoir comment l'utiliser. Parce que peu de professionnels de santé libériens ont eu la possibilité de développer ces compétences, le projet soutenu par MSF a été une ressource précieuse et unique. »

De nombreux personnels de santé libériens sont décédés lors de l’épidémie d’Ebola qui a frappé l’Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016, aggravant la fragilité du système de santé. Un des objectifs principaux du programme de chirurgie était de former des chirurgiens et des infirmières anesthésistes libériens afin de renforcer la capacité de soins pédiatriques spécialisés au sein du système national de santé publique.

La salle d'opération MSF du Bardnesville Junction Hospital, dans laquelle pratiquent les chirurgiens pédiatriques MSF. 


 

 © MSF
La salle d'opération MSF du Bardnesville Junction Hospital, dans laquelle pratiquent les chirurgiens pédiatriques MSF.    © MSF

Le Dr Kaseje espère que ce programme de formation pourra reprendre et que des chirurgiens libériens pourront bientôt être en mesure de procéder aux opérations délicates menées dans ce cadre. Elle avait récemment supervisé avec succès un stagiaire étudiant en médecine au Bardnesville Junction Hospital : « Il m’a dit qu'au cours de cette semaine avec moi, il avait beaucoup appris. Je pense que s’ils avaient ne serait-ce qu’un mois de rotation avec nous, les stagiaires obtiendraient les bases chirurgicales pour intervenir sur un bébé ou un enfant. Et cela aurait un impact énorme dans le pays. »

MSF a dû réduire fortement les mouvements de personnels internationaux en raison de la pandémie de Covid-19. Si certaines activités ont pu être adaptées, d’autres, comme la chirurgie pédiatrique, peuvent souffrir de l’impossibilité d’envoyer du personnel international qualifié.

Pour lutter contre la pandémie, les équipes MSF soutiennent les efforts du ministère libérien de la Santé pour prévenir et traiter le coronavirus. L’association fait don de fournitures médicales et apporte une expertise technique pour optimiser la gestion des patients et la qualité des soins au centre de traitement Covid-19, et ses équipes participent à la sensibilisation des communautés et aux moyens de prévenir la maladie.

À lire aussi