Avec le soutien de la Fondation Veolia, MSF se lance dans les énergies renouvelables

Grégory Gamboa (à droite) et un collègue du pôle logistique de Bordeaux.
Grégory Gamboa (à droite) et un collègue du pôle logistique de Bordeaux. ©MSF

En mars 2015, MSF et la Fondation Veolia signent un partenariat autour de la recherche et développement dans les domaines de l’eau potable, de l’assainissement, de l'énergie et des déchets. Après deux années d'une collaboration fructueuse autour de l'amélioration de la qualité de l'eau dans la région de Kalémie en République démocratique du Congo, la Fondation Veolia et MSF ont renforcé leur partenariat autour d'un objectif principal : optimiser et réduire l'empreinte énergétique des projets et missions de MSF, et étudier les possibilités d'utilisation d'énergies renouvelables, en particulier solaires, sur les installations de terrain afin qu’elles gagnent en autonomie.

En plus d’un soutien financier, la Fondation Veolia met à disposition de MSF ses experts du réseau Veoliaforce pour l'accompagner dans ces projets.

Le premier champ de recherche appliquée et d’expérimentation concerne l'installation de panneaux solaires photovoltaïques pour rendre autonome et sécuriser l'approvisionnement en électricité de la mission de lutte contre le paludisme menée par MSF à Moissala, au sud du Tchad.

Grégory Gamboa est chargé de mission innovation au sein du département logistique de MSF. Il travaille au quotidien avec les équipes de la Fondation Veolia et nous raconte cette collaboration.

D’où viens-tu et quelle est ta mission chez MSF ?

Je suis ingénieur de formation. Avant de rejoindre MSF, j’ai travaillé pendant quatre ans chez Caterpillar, à l'installation de systèmes hybrides à énergie photovoltaïque pour l’alimentation d’antennes de téléphonie mobile en Afrique. J'ai intégré les équipes MSF en février dernier. Ma mission, au département logistique, est de définir des solutions d’énergies renouvelables adaptées au terrain, notamment pour la production d’électricité et de froid.

Quels sont les projets sur lesquels la Fondation apporte son soutien à MSF ?

La Fondation Veolia fournit à MSF des stations mobiles de traitement d’eau, une aide logistique pour le traitement des déchets et soutient un projet pilote à énergie photovoltaïque au Tchad. D'autres pistes de collaboration sont en discussion, toujours sur les trois métiers de Veolia.

La Fondation apporte des compétences dont MSF ne dispose pas en interne et soutient financièrement ces projets d'innovation.

Dans le cadre de ma mission, je suis principalement focalisé sur l’énergie solaire : avec l'aide de la Fondation, un système photovoltaïque hybride verra bientôt le jour au Tchad. A terme, il rendra quasiment autonome en énergie une unité spécialisée dans la prise en charge des cas de paludisme graves. Ce pilote permettra de démontrer l’intérêt économique et pratique de la production d’électricité en site isolé.

En quoi ce partenariat est-il stratégique ?

L’avenir n’est plus au gasoil. La plupart des missions de terrain MSF sont dans des zones qui ne sont pas raccordées au réseau électrique. Elles sont encore le plus souvent alimentées par groupe électrogène. Il est essentiel de travailler dès aujourd'hui sur les énergies renouvelables pour que demain ces solutions puissent être déployées largement sur nos terrains.

Ce partenariat est stratégique parce qu'il combine soutien financier et mécénat de compétences sur ces problématiques.

Il permet à MSF d’étudier et de tester des solutions sur le terrain et d’apporter un pôle de compétences sur les énergies renouvelables aux équipes opérationnelles.

Que penses-tu de la collaboration ONG/entreprises ?

Les ONG sont focalisées sur leur cœur de métier et ne consacrent finalement que peu de temps à l’innovation technique. Ce partenariat avec la Fondation Veolia est une réelle opportunité d’explorer, à moindre coût et en s'appuyant sur des solutions techniques et des compétences solides, des solutions innovantes et sécuritaires pour assurer l’autonomie énergétique des missions MSF.

Quels sont les prochains projets avec la Fondation Veolia ?

Nous sommes en train de travailler sur un système hybride solaire mobile pour l’alimentation électrique d’un camion laboratoire en Ouganda et sur un système hybride solaire pour l’alimentation de bureaux dans l'hôpital MSF à Haïti.

Nous allons bientôt tester des climatisations solaires sans batterie, des chauffe-eaux solaires et espérons mettre en place un site pilote de récupération de chaleur thermique d’un groupe électrogène pour la production de froid.

Personnellement, que tires-tu de cette expérience ?

C’est une expérience très enrichissante, tant du côté humain que technique. On doit à la fois écouter les problématiques du terrain et tenter de trouver des solutions vertes et pérennes. Les autres sections opérationnelles de MSF commencent aussi à s'intéresser aux solutions d’énergies renouvelables, mais pour l’instant seul la section française de MSF avec la Fondation Veolia ont elles-mêmes conçu leurs propres systèmes. J’espère que l’avenir sera vert et qu’on pourra prochainement pérenniser ensemble tous ces acquis.

À lire aussi