Opération

Côte d'Ivoire : soins de santé maternelle et infantile

Fermée

© Jean-Christophe Nougaret/MSF

Médecins Sans Frontières collaborait avec le ministère de la Santé pour améliorer la prise en charge des urgences obstétriques et néonatales en Côte d’Ivoire.

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillaient dans la maternité de Katiola dans la région de Hambol.

Renforcer l’accès à des soins de santé maternelle et infantile dans le Hambol

En mars 2017, Estelle Thomas, responsable des activités externes à Hambol, décrivait les activités de MSF pour atteindre les communautés.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervenait ?

La Côte d’Ivoire a connu une décennie de crises politiques et militaires suivie depuis 2011 d’un retour progressif à la stabilité socio-politique. Le système sanitaire du pays a été fragilisé et les rapports de médecins, d’infirmiers et de sages-femmes par habitants sont parmi les plus faibles d’Afrique. Le taux de mortalité maternelle dans ce pays a augmenté entre 2005 et 2011, passant de 543 décès à 614 décès pour 100 000 naissances, selon un rapport du ministère de la Santé ivoirien, qui décide de faire de la santé maternelle et infantile une priorité. Le Hambol est une région rurale qui connaît un déficit de moyens et de personnels médicaux. Une étude menée en 2015 par Epicentre, le centre de recherche en épidémiologie créé par MSF, estimait que le taux de mortalité maternelle dans la région est de 661 décès pour 100 000 naissances.

Notre intervention

Médecins Sans Frontières gérait en collaboration avec le ministère de la Santé une opération de prise en charge de la santé maternelle et infantile, à Katiola dans la région du Hambol. 

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillaient à l’amélioration de la prise en charge des urgences obstétricales et néonatales de la région, avec l’objectif de faire de l’hôpital de Katiola un centre de référence pour ce type de soins. 

Après d’importants travaux de construction et de réhabilitation de l’hôpital entamés en 2014, une unité de néonatologie a ensuite été créée en 2015. Depuis, Médecins Sans Frontières travaillait au maintien de l’activité et de la qualité des soins à l’hôpital de Katiola en étendant son action centrée sur la réduction de la mortalité maternelle aux centres de santé de la région. L’association soutenait 27 centres de santé notamment à travers un programme de formation et d’accompagnement des soignants, l’approvisionnement en matériel médical, et un appui en personnel supplémentaire, et elle gérait un système de références des cas compliqués vers l’hôpital. 

En 2017, Médecins Sans Frontières a contribué à la rénovation de l’hôpital de Dabakala pour améliorer la prise en charge des accouchements par césariennes.