Opération

Cambodge : prise en charge des personnes affectées par l’hépatite C

© Todd Brown

Depuis 2016, Médecins Sans Frontières offre une prise en charge aux personnes affectées par l’hépatite C au Cambodge. 

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent à l’hôpital de Preah Kossamak à Phnom Penh, la capitale du Cambodge. Il s'agit du seul service gratuit contre l’hépatite C dans tout le pays.

Depuis octobre 2016, MSF gère à Phnom Penh, la capitale du pays, une clinique dédiée au traitement de l’hépatite C. Plus de 13 000 personnes sont déjà venues se faire dépister. Près d’un tiers d’entre elles étaient positives au virus.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

Au Cambodge, l’hépatite C est un problème de santé publique majeur. En l’absence d’évaluation précise, l’Institut Pasteur du Cambodge estime que 1 % à 2 % de la population générale est affectée par cette maladie, et que ce taux peut monter jusqu’à 6 % dans certaines régions qui comportent le plus de groupes à risques.

Sur une population de 15 millions de personnes, on estime qu’entre 300 000 et 750 000 d'entre elles seraient infectées. 91% des patients ont plus de 40 ans. Parmi les principaux facteurs de risques on compte la transfusion d’unités de sang, la toxicomanie, les actes de médecine traditionnelle comme l’acupuncture, pratiqués dans de mauvaises conditions d’hygiène.

Notre intervention

Médecins Sans Frontières ouvre en 2016, en collaboration avec les autorités sanitaires du Cambodge, une opération de prise en charge des personnes affectées par l’hépatite C.

Les équipes de Médecins Sans Frontières offrent des dépistages et des traitements contre l’hépatite C. Elles ont également contribué à l’amélioration du diagnostic des patients et à l’introduction et l’utilisation, pour traiter cette maladie, des antiviraux à action directe (AAD).

Médecins Sans Frontières travaille avec le ministère cambodgien de la Santé de l’hôpital Preah Kossamak, situé dans la capitale Phnom Penh, pour améliorer l’accès des patients aux soins. Ensemble, les équipes ont mis au point des méthodes novatrices de diagnostic et de traitement de l’hépatite C.

Le traitement de l’hépatite C a connu deux améliorations essentielles. La première concerne le traitement : tous les patients reçoivent désormais le même, quels que soient le type et le stade de leur maladie. Cela signifie qu'ils n'ont plus besoin de la plupart des analyses de pré-traitement requises auparavant. La seconde concerne la qualité des médicaments : les AAD sont fiables, et les tests complémentaires ne sont plus nécessaires. 

Le modèle de soins simplifié pour les patients atteints d’hépatite C au Cambodge a donné des résultats remarquables : 97% des patients ont guéri de la maladie en seulement trois mois.