Opération

Cambodge : prise en charge des personnes affectées par l’hépatite C

© Todd Brown

Depuis 2016, Médecins Sans Frontières offre une prise en charge aux personnes affectées par l’hépatite C au Cambodge.

Les équipes de Médecins Sans Frontières travaillent à l’hôpital de Preah Kossamak à Phnom Penh, la capitale du Cambodge. C’est le seul service gratuit contre l’hépatite C dans tout le pays.

71 millions de personnes sont infectées par le virus de l’hépatite C dans le monde, causant près de 400 000 décès par an. L’hépatite virale est très répandue dans les pays en développement, mais de nombreux cas infectés restent non diagnostiqués. Des méthodes plus simples de diagnostic et de traitement, à proximité des gens, sont une nécessité. De nombreuses améliorations ont été développées et progressivement mises en place depuis 2016 au Cambodge.

Pourquoi Médecins Sans Frontières intervient ?

Au Cambodge, l’hépatite C est un problème de santé publique majeur. En l’absence d’évaluation précise, l’Institut Pasteur du Cambodge estime que 1 % à 2 % de la population générale est affectée par cette maladie, et que ce taux peut monter jusqu’à 6 % dans certaines régions qui comportent le plus de groupes à risques. Parmi les principaux facteurs de risques on compte, la transfusion d’unités de sang, la toxicomanie, les actes de médecine traditionnelle, comme l’acupuncture, pratiqués dans de mauvaises conditions d’hygiène.

Notre intervention

Médecins Sans Frontières ouvre en 2016, en collaboration avec les autorités sanitaires du Cambodge, une opération de prise en charge des personnes affectées par l’hépatite C.

Les équipes de Médecins Sans Frontières offrent des dépistages et des traitements contre l’hépatite C. Elles contribuent également à l’amélioration du diagnostic des patients ainsi qu'à l’introduction et l’utilisation de nouveaux médicaments, des antiviraux à action directe, pour traiter cette maladie.