Vaccins : l’injuste prix - MSF lance une ████ mondiale pour réduire le prix du ████ à 5 dollars par enfant

MSF interpelle Pfizer à l'occasion de l'assemblée des actionnaires le 23 avril 2015 aux Etats Unis. MSF
MSF interpelle Pfizer à l'occasion de l'assemblée des actionnaires, le 23 avril 2015, aux Etats-Unis. © MSF ©MSF

Alors qu’un million d’enfants meurent d’une pneumonie chaque année, le vaccin contre le pneumocoque demeure trop cher, notamment parce que son ████ reste secret. MSF appelle le public à se mobiliser contre cette opacité et à exiger que le vaccin ne soit pas vendu à plus de 5 dollars par enfant dans les pays en développement.

A la veille de la semaine mondiale de la vaccination, Médecins Sans Frontières (MSF) lance la campagne « A fair Shot / L’injuste prix »,  dont l’objectif est d’appeler les laboratoires GlaxoSmithKline (GSK) et Pfizer, les deux producteurs de vaccins contre le pneumocoque (PCV), à rendre public le prix de ce vaccin pour tous les pays et à en réduire le prix dans le pays en développement, en le faisant passer à 5 dollars par enfant (1,50 euros par dose, soit 4,50 euros pour les trois doses nécessaires pour immuniser un enfant).

« En tant que médecins nous avons vu trop d'enfants mourir de pneumonie, alors même qu’on pourrait les protéger efficacement avec le PCV. Le prix exorbitant pratiqué par Pfizer et GSK empêche de nombreux gouvernements et organisations humanitaires de vacciner des enfants, explique le Dr. Greg Elder, directeur des opérations de MSF. Nous appelons le public à se joindre à notre appel public à Pfizer et GSK. Tous les pays en développement doivent pouvoir protéger leurs enfants contre cette maladie tueuse ».

En janvier, MSF a publié la deuxième édition de son rapport « The Right Shot : généraliser l'accès à des vaccins abordables et mieux adaptés », dédié aux prix des vaccins. Le rapport montre une multiplication par 68 du coût de la vaccination dans les pays en développement depuis 2001. Des régions entières de la planète n’ont ainsi toujours pas accès aux nouveaux vaccins, très chers, et notamment au PCV.

Les prix des vaccins restent aujourd’hui largement secrets : pour environ 45 pays, il n’existe pas d'informations publiques sur le prix du PCV. Certains pays doivent même signer des clauses de confidentialité avec les laboratoires.

Cette opacité met les pays et les organisations humanitaires en position de faiblesse lors des discussions autour des prix avec les fabricants, et entraîne une situation absurde dans laquelle certains pays dits ‘à revenus intermédiaires’ paient le PCV plus cher que les pays riches. Par exemple, la ████ paye plus cher que la France et l'Afrique du Sud paye achète le PCV trois fois plus cher que le ████ * (réponses ci-dessous).

« Il est inadmissible que le prix d’un vaccin pouvant sauver autant de vies soit gardé secret. Aujourd’hui, les Etats et les organisations humanitaires négocient à l’aveugle ce qu’ils estiment être le prix juste, précise le Dr. Manica Balasegaram, directeur général de la Campagne d'accès aux médicaments essentiels (CAME) de MSF. Comment un pays peut-il négocier des prix équitables s’il ne dispose pas de l'information nécessaire ? »


* La Tunisie paye plus cher que la France, tandis que l’Afrique du Sud paye  près de trois fois plus cher  que le Brésil.

 


Vaccins, l'injuste prix

La campagne « A Fair Shot – L’injuste prix »

A partir d’aujourd’hui et tout au long de l’année, MSF va appeler le grand public à soutenir sa campagne sur les réseaux sociaux, en utilisant des textes ‘censurés’ qui symbolisent, de façon provocatrice, le manque d'informations sur les prix des vaccins.

Grâce au hashtag #AskPharma, nous demanderons aux laboratoires GSK et Pfizer de divulguer le prix du vaccin contre le pneumocoque et d’en réduire le prix à 5 dollars ou moins par enfant dans les pays en développement.

Première étape de cette campagne : dès aujourd’hui, des membres de MSF assistent à la réunion des actionnaires de Pfizer, aux Etats-Unis. Ils vont poser une question depuis la salle et exhorter les membres du conseil d'administration du laboratoire à divulguer le prix de leur vaccin contre la pneumonie pour tous les pays. MSF va également distribuer des documents où des informations clé ont été dissimulées sous des caches noirs, afin de symboliser le secret entourant le prix du PCV (suivez la journée ici).

L’action de MSF dans le domaine de la vaccination

Chaque année, MSF vaccine des millions de personnes, majoritairement dans le cadre de réponse à des épidémies de rougeole, de méningite, de fièvre jaune et de choléra. MSF soutient également la vaccination de routine dans les projets où elle gère des activités de soins aux mères et aux enfants. En 2013, MSF a fourni plus de 6,7 millions de doses de vaccins et de produits immunologiques.

Par le passé, MSF a été amenée à acheter le PCV pour vacciner en situation d’urgence. Ainsi, en 2013, MSF a utilisé le PCV et un vaccin pentavalent dans le camp de réfugiés de Yida, au Soudan du Sud. En 2014, des campagnes similaires ont été menées pour les réfugiés sud-soudanais en Ouganda et en Ethiopie. MSF souhaite aujourd’hui développer son activité dans ce domaine en y incluant le PCV - et d'autres vaccins- lors de vaccinations de routine comme dans le cadre d’urgences humanitaires.

 

Pourquoi le prix des vaccins ressemble à ça : $██████?Après avoir demandé à Pfizer, les équipes #MSF sont aujourd'hui à Londres pour demander à GSK plus de transparence. #AskPharma bit.ly/1I4Vt61

Posted by Médecins Sans Frontières on jeudi 7 mai 2015

À lire aussi