Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Médecins Sans Frontières fait face à une urgence nutritionnelle au Niger et appelle les autres acteurs de l’aide à se mobiliser

Médecins Sans Frontière augmente considérablement ses capacités de prise en charge de la malnutrition sévère au Niger.

Le nombre d'enfants malnutris a atteint un niveau anormalement élevé pour cette période de l'année. Cette situation déjà alarmante en janvier se dégrade rapidement. Médecins Sans Frontières appelle les autres acteurs de l'aide à se mobiliser.

Depuis le début de l'année, plus de 3000 enfants sévèrement malnutris ont été admis dans le programme de prise en charge de la malnutrition de Médecins Sans Frontières dans la région de Maradi, à l'est du Niger.

Dès le mois de janvier 2005, soit trois mois après la fin des récoltes, le nombre d'enfants admis était anormalement élevé durant cette période de l'année. Cette situation alarmante s'est rapidement dégradée pour atteindre un nombre d'admissions trois fois supérieur à celui enregistré à cette même période les années précédentes. Les familles souffrent déjà de la pénurie alimentaire alors que les prochaines récoltes sont prévues en octobre. L'état nutritionnel va continuer à se détériorer si aucune action n'est entreprise rapidement.

Pour répondre à l'afflux de nouveaux cas, Médecins Sans Frontières a déjà ouvert un deuxième centre nutritionnel dans la région de Maradi et prévoit l'ouverture d'un troisième dans la région de Tahoua. D'ici un mois, plus de 500 lits permettront l'hospitalisation des cas les plus graves. Un réseau de 13 points de consultations est parallèlement mis en place pour le suivi médical et nutritionnel des enfants dont l'état de santé permet le maintien à domicile.
Pour faire face à cette urgence, Médecins Sans Frontières adapte son programme et augmente ses capacités de réponse. Au total, 20 000 enfants sévèrement malnutris doivent être pris en charge dans les centres de nutrition et les points de consultations. En outre, des distributions de rations alimentaires à leur famille sont en cours d'organisation. 850 tonnes de nourriture comprenant des aliments thérapeutiques et des rations familiales ont déjà été commandées. Les premières 40 tonnes sont déjà arrivées à Niamey.

A titre de comparaison et pour mesurer la gravité de crise, Médecins Sans Frontières a soigné 30 000 enfants malnutris en 2004 dans l'ensemble de ses programmes à travers le monde.

Les enquêtes nutritionnelles menées dans les régions de Maradi et de Tahoua permettront de mesurer plus précisément l'ampleur de la pénurie alimentaire. Mais, d'ores et déjà, des moyens supplémentaires pour répondre à cette crise sont nécessaires et Médecins Sans Frontières appelle tous les acteurs de l'aide à se mobiliser. Ses activités auprès des enfants malnutris et des familles n'auront un impact que si des distributions générales de nourriture sont d'urgence organisées pour les populations des régions les plus affectées.

À lire aussi