Alerte aux épidémies de rougeole

Vaccination contre la rougeole organisée par MSF à Lubumbashi en République démocratique du Congo  Février 2011
Vaccination contre la rougeole organisée par MSF à Lubumbashi en République démocratique du Congo - Février 2011 ©Gwenn Dubourthoumieu

La rougeole flambe, mais la réponse mondiale n’est pas au rendez-vous. Il est impératif de se mobiliser immédiatement pour anticiper les prochaines épidémies.

Les 13 et 14 septembre 2011 se réuniront à Washington différentes organisations au sein de l’Initiative contre la rougeole, dont l’objectif est l’élimination de cette maladie au niveau mondial. Face à la recrudescence inquiétante des épidémies de rougeole au cours des trois dernières années, Médecins Sans Frontières (MSF) demande que soit immédiatement mis en place un mécanisme effectif de réponse aux épidémies, dont les moyens financiers et techniques doivent être assurés.

« Nous savons avec certitude que d’autres épidémies auront lieu dans un futur proche. Nous ne pouvons pas décemment continuer d’attendre qu’elles surviennent. Il faut se doter d’un dispositif efficace pour anticiper et se préparer aux prochaines flambées », alerte Florence Fermon, référent vaccination à MSF.

Depuis trois ans, MSF répond à des épidémies toujours plus importantes. En 2010 par exemple, plus de 4,5 millions d’enfants ont été vaccinés en urgence dans de nombreux pays : Yémen, Zimbabwe, Tchad, Swaziland, Afrique du Sud, Nigeria… Cette année, dans la seule République démocratique du Congo, les équipes médicales de MSF ont vacciné 3 millions d’enfants, sans pour autant parvenir à stopper l’épidémie. En dépit des données attestant de l’urgence d’intervenir, la mobilisation des acteurs sur le terrain a été très lente. Mais la République démocratique du Congo ne fait pas figure d’exception ; la plupart des pays frappés par ces épidémies ne se mobilisent pas suffisamment, malgré les ressources dont ils disposent, pour répondre aux épidémies et organiser les campagnes de vaccination de suivi.

« La lutte contre la rougeole n’est plus perçue comme une priorité politique, ni dans les ministères de la Santé qui doivent faire des arbitrages de santé publique, ni pour les bailleurs de fonds qui réduisent les financements. Cependant, la réponse aux épidémies nécessite une mobilisation générale. Les organisations non gouvernementales comme MSF ne peuvent pas, seules, être les pompiers des défaillances structurelles des programmes de prévention », explique Gwenola François, responsable des campagnes de vaccination contre la rougeole en République démocratique du Congo.

Ces épidémies témoignent des déficiences des programmes de vaccination, et montre une faillite des stratégies d’élimination de la rougeole. Au niveau des activités de prévention (vaccination systématique ou campagnes de suivi), les failles sont nombreuses : surestimation des taux de couverture vaccinale, rigidité des programmes de vaccination limitant l’administration du vaccin avant l’âge d’un an, retard ou annulation de certaines campagnes de suivi, profil épidémiologique des zones à risques ignoré… De plus, la faiblesse des systèmes de surveillance ne permet pas de détecter les épidémies assez rapidement, et freine leur reconnaissance officielle ainsi que la mise en œuvre d’une réponse adéquate et rapide. Au final, un groupe de plus en plus large d’enfants à risque de rougeole se constitue au fil des ans et devient suffisamment important pour qu’une épidémie se déclenche.

L’imminence d’autres épidémies exige donc d’envisager une révision complète des politiques vaccinales tant dans la réponse aux épidémies que dans les programmes préventifs de vaccination pour atteindre un taux de protection vaccinale optimal. Il est impératif de se doter de moyens techniques et financiers effectifs, mobilisables rapidement, pour anticiper les prochaines épidémies. La prise en charge des cas doit également être systématiquement intégrée dans les stratégies globales.

Note aux éditeurs : L’OMS reconnaît désormais l’impact de la vaccination sur la mortalité rougeoleuse dans le cadre d’épidémies. La publication de cette recommandation fait suite à plusieurs études, notamment celles publiées par le centre d’études épidémiologiques Epicentre en 2008. Menée dans des contextes d'épidémie de rougeole au cours de quatre interventions d’urgence de MSF, cette étude montre qu’une intervention rapide permet de réduire de manière significative le nombre de personnes atteintes.

Pour plus d’informations : Communiqué de MSF du 2 avril 2008 : Vacciner contre la rougeole en cas d'épidémie est efficace mais peu pratiqué car toujours pas recommandé par l'OMS

Dossier spécial Rougeole

Ce dossier rassemble des articles, communiqués de presse et du matériel multimédia au sujet des épidémies de rougeole, récurrentes en Afrique. 

À lire aussi