Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Zimbabwe : « j’ai cru que j’allais mourir »

Dennis a contracté le choléra en janvier au cours de l'épidémie qui a affecté près de 100 000 personnes.
Dennis a contracté le choléra en janvier au cours de l'épidémie qui a affecté près de 100 000 personnes.

Dans le dispensaire de Murwira, sud-est du Zimbabwe, Dennis Taronga reçoit un traitement anti-rétroviral (ARV) grâce à l'aide de Médecins Sans Frontières (MSF). Dennis, qui travaillait autrefois dans la construction, est père de trois enfants. Il a contracté le choléra en janvier au cours de l'épidémie qui a affecté près de 100 000 personnes et provoqué des milliers de morts.

« En janvier dernier, j'ai commencé à me sentir vraiment malade. Je me sentais très faible et j'avais du mal à bouger. J'étais si malade que j'étais sûr que j'allais mourir.

J'avais des diarrhées, j'avais froid et j'étais très déshydraté. Je ne travaillais pas à ce moment-là. Ma famille devait s'occuper de moi.

Mon cousin m'a emmené en charrette au dispensaire MSF de Murwira où je reçois mon traitement contre le sida. Pendant trois jours, je ne pouvais ni boire ni manger. J'étais sous perfusion.

Mais après quatre jours, j'ai commencé à me sentir mieux. J'étais si heureux, je pouvais bouger de nouveau et j'allais pouvoir retrouver ma famille.

Beaucoup d'autres personnes de mon village étaient touchées par la maladie. Mon oncle a été très malade à cause du choléra et il est mort sur le chemin de l'hôpital. J'étais très triste car nous étions nombreux à ne pas pouvoir assister à ses funérailles.


J'ai cru que j'allais mourir
. Je ne pouvais aller nulle part ailleurs. Je ne sais pas comment les autres ont pu échapper au choléra. Maintenant je sais que cette maladie est causée par l'eau sale.

Maintenant je sais comment ne pas tomber malade lorsque la saison des pluies reviendra - j'utiliserai les comprimés de désinfection de l'eau donnés au dispensaire de MSF ici et je ne serai plus malade.

Dispensaire MSF de Murwira

 

Je viens désormais au dispensaire pour mon traitement ARV. L'année dernière, nous avons amené ma fille à l'hôpital de Murambinda, où elle est morte du sida alors qu'elle avait à peine six mois.

Ils m'ont fait un test et ils ont dit que j'avais le sida, et mon épouse aussi.

Maintenant, nous venons tous les deux ici à Murwira pour recevoir nos ARV.

Si ce centre n'existait pas, les gens souffriraient sûrement davantage du sida.

Trouver des traitements ailleurs coûte trop cher et ce serait bien trop loin.

Dispensaire MSF de Murwira/ © MSF

 

Je voudrais vraiment que MSF continue de nous aider et de nous fournir des traitements ARV. Je me sens mieux aujourd'hui mais je ne trouve pas de travail et il n'y a pas assez à manger.

J'espère pouvoir trouver du travail, comme charpentier ou n'importe quoi qui puisse nous donner une vie meilleure. Le marché du travail ne s'améliore pas et le pays est un désert. Il n'y a plus d'argent pour payer quoi que ce soit. Nous restons assis, démunis de tout. Je veux juste travailler pour que ma famille aille mieux.

 

À lire aussi