Venezuela: MSF renforce ses activités face aux besoins grandissants de la population

Mental Health in Venezuela
Une femme traverse le quartier de Petare, à Caracas, considéré comme l'un des quartiers les plus dangereux d'Amérique latine. Au cours des deux dernières années, les bandes criminelles connues sous le nom de « malandros » ont fait augmenté la violence dans la ville, et beaucoup de gens ont peur de quitter leurs maisons. Le graffiti sur le mur se lit comme suit : « Quiconque vole va mourir ». ©Marta Soszynska/MSF

Dans un contexte de crise politique et économique prolongée, les équipes MSF développent leurs activités médicales au Venezuela afin de répondre aux besoins grandissants de la population.

Avec une hyperinflation atteignant plus de 2 millions pour cent cette année selon le FMI, la situation au Venezuela s’est encore dégradée récemment avec des coupures d'eau récurrentes et une panne de courant massive qui a touché plusieurs régions pendant trois mois.

« Cette situation a un impact sur les familles et les centres de santé en difficulté à travers le pays. Les hôpitaux et les cliniques situés dans les zones où MSF intervient manquent de fournitures médicales et de personnel, ainsi que de systèmes d'assainissement et d'approvisionnement en eau qui sont aujourd’hui dysfonctionnels » explique Tara Newell, responsable des urgences MSF.

Des enfants jouent dans les rues du district de Petare, Caracas. 
 © Marta Soszynska/MSF
Des enfants jouent dans les rues du district de Petare, Caracas.  © Marta Soszynska/MSF

Le mois dernier, nos équipes ont commencé à évaluer les besoins en matière de santé dans différentes régions du pays et à réhabiliter l'hôpital Vargas, doté de 302 lits, l'un des hôpitaux de référence de la capitale, Caracas. Ces travaux s'inscrivent dans le cadre d'une collaboration avec les autorités sanitaires vénézuéliennes, qui devrait se développer au cours des deux prochaines années, notamment concernant la formation du personnel et la fourniture de matériel médical.

MSF collabore avec des organisations locales et des institutions publiques à Caracas depuis 2018 en fournissant une assistance médicale et psychologique aux victimes de violences, notamment de violences sexuelles. De janvier à juin 2019, les équipes MSF ont traité 1 635 personnes pour des problèmes de santé mentale, avec 327 séances de groupe, et soutenu 100 victimes de violences sexuelles.
 

La détérioration du système de santé au Venezuela a pour autre conséquence inquiétante l’augmentation du nombre de maladies évitables, comme le paludisme, dont le nombre de cas a considérablement augmenté en raison de l’absence de lutte efficace contre les épidémies. 

MSF soutient le programme national de lutte contre le paludisme à Sifontes, dans l’État de Bolivar, où le paludisme s’est rapidement répandu en raison de la forte mobilité de la population, des mauvaises conditions de vie et du manque de moyens pour soutenir le programme de contrôle du paludisme.
 

Un garçon marche dans les rues du district Petare, dans la ville de Caracas.
 © Marta Soszynska/MSF
Un garçon marche dans les rues du district Petare, dans la ville de Caracas. © Marta Soszynska/MSF

Depuis 2018, les équipes de MSF ont dépisté plus de 290 000 personnes pour le paludisme, traité 162 000 personnes et distribué plus de 76 000 moustiquaires afin de prévenir de nouvelles contaminations. Depuis février 2019, MSF collabore également avec l'Institut du paludisme à Carúpano, dans l'État de Sucre, sur la mer des Caraïbes. 

Les équipes travaillent actuellement dans les quatre sites où le nombre de cas est le plus élevé. Elles fournissent des équipements, mettent en œuvre des mesures de promotion de la santé et de lutte antivectorielle, un élément essentiel de la prévention du paludisme (ndlr: distribution de moustiquaires et pulvérisation intradomiciliaire). Elles forment le personnel médical et aide à l'identification, au diagnostic et au traitement des nouveaux cas.

District La Pradera, Caracas, où les équipes MSF dispensent des soins médicaux et de santé mentale.
 © Marta Soszynska/MSF
District La Pradera, Caracas, où les équipes MSF dispensent des soins médicaux et de santé mentale. © Marta Soszynska/MSF

À Anzoátegui, MSF s'est associée à une organisation locale appelée Fe y Alegría pour fournir des soins de santé primaires aux communautés vulnérables d'El Vidono, à proximité de la capitale de l'État, Barcelone. Le projet couvre la planification familiale, la santé sexuelle et reproductive, la violence sexuelle et le paludisme dans une école située entre les municipalités de Bolívar et Sotillo. Avec une population étudiante de 1 670 personnes sur un total de 756 familles, 3 547 consultations ont été effectuées au cours des cinq premiers mois de 2019.

MSF intervient également auprès des Vénézuéliens de l'autre côté de la frontière, en Colombie, où des milliers de personnes fuient chaque jour en raison de l'insécurité, du manque de nourriture et de soins. En 2018, les équipes ont commencé à fournir des soins médicaux, notamment de santé mentale, et un approvisionnement en eau aux Vénézuéliens arrivant dans l'État de Roraima, au Brésil.
 

À lire aussi