Thaïlande - 8.000 Hmongs transférés dans un nouveau camp

hmongs laotiens du camp de Huai Nam Khao
hmongs laotiens du camp de Huai Nam Khao ©MSF

Les 8 000 Hmongs laotiens réfugiés dans le camp de Huai Nam Khao au nord de la Thaïlande viennent d'être transférés par l'armée thaïlandaise vers un nouveau site d'accueil. Si leur transfert s'est déroulé dans de bonnes conditions, MSF redoute toujours qu'ils soient renvoyés de force au Laos sans aucune garantie pour leur sécurité.

Le transfert des 8 000 Hmongs laotiens réfugiés dans le camp de Huai Nam Khao dans la province de Petchabun a débuté le 25 juin et s'est terminé la semaine dernière. Le camp actuel, improvisé dans l'urgence le long d'une route durant l'été 2005, était devenu surpeuplé et insalubre, avec des risques épidémiques importants. « Les conditions de vie y étaient très mauvaises, explique Emmanuel Drouhin, responsable de programme, les gens mangeaient à côté des latrines, vivaient les uns sur les autres. Il fallait les reloger au risque sinon de voir des épidémies apparaître. Malgré l'évacuation des déchets domestiques quotidien, nos équipes tuaient plus d'une centaine de rats chaque jour.»

Les 8 000 réfugiés ont donc été transférés sur un site mieux adapté, à trois kilomètres de-là. MSF a participé à son installation (voir diaporama) en prenant en charge l'approvisionnement en eau potable, l'évacuation des eaux de pluies et des eaux usées, la construction des latrines, la distribution de bâches plastiques pour la protection des habitations, ainsi que la construction d'un dispensaire et d'un bâtiment pour le stockage d'aliments.

Malgré la volonté des autorités militaires de réinstaller les réfugiés dans de meilleures conditions, il n'en demeure pas moins que ces derniers sont toujours indésirables en Thaïlande où ils sont considérés comme migrants illégaux donc expulsables à tout moment.
Le mois dernier, 160 Hmongs ont été renvoyés vers leur pays d'origine. « Ces expulsions semblent faire suite à un accord bipartite entre le gouvernement laotien et la junte thaïlandaise qui prévoirait à terme, de renvoyer chez eux tous les Hmongs présents illégalement sur le sol thaïlandais.», précise Emmanuel Drouhin.

L'enjeu dans l'immédiat pour Médecins Sans Frontières est de veiller à ce que les familles soient bien réinstallées, correctement traitées et reçoivent l'assistance humanitaire nécessaire.

« La communauté internationale n'a toujours pas pris clairement position quant à ce camp et à la situation des populations Hmongs », conclut Emmanuel Drouhin, « il faudrait que le statut de ces populations soit défini de façon objective, et qu'au minimum des garanties de transparence sur le sort des futurs rapatriés soient données par le gouvernement laotien au préalable à tout rapatriement ».
 
Dossier spécial exil des Hmongs du Laos en Thailande

Retrouvez notre dossier spécial rassemblant toutes les informations relatives à nos activités auprès de la communauté Hmong en Thailande.

À lire aussi