Sheleme pas à pas : en route pour la maison

Sheleme et sa famille
Sheleme et sa famille ©François Dumont

Subo est affairée ce matin. Aujourd'hui, si tout va bien, elle pourra ramener ses quatre fillettes à la maison, retrouver son mari et leur fils aîné.

Dans quelques minutes, Julie, l'infirmière MSF, finira sa ronde par les grandes tentes de la "phase 2". "Sheleme et Kutuba ont de l'appétit. Elles boivent bien le lait, mangent la pâte thérapeutique. Elles ne présentent pas de complications médicales et leurs oedèmes ont complètement disparu", explique Julie. A 10 heures, la décision est prise : "Elles peuvent être transférées vers les programmes ambulatoires."

Kutuba libère un premier sourire. Sheleme se concentre sur son sachet de "Plumpy nut". Elle s'est levée et chuchote même quelques mots à sa mère. Ravie, Subo rassemble déjà quelques vêtements et empaquette des couvertures.

En route vers la réception. Derrière Subo, des petites filles en file indienne. Sheleme ferme la marche, son sachet à la main. Encore très faible, elle grimpe avec peine les trois marches qui mènent à la réception, l'endroit où elle et sa sœur jumelle ont été admises il y a maintenant neuf jours.

Sheleme et Kutuba reçoivent deux couvertures, une moustiquaire et 56 sachets de nourriture thérapeutique. A raison de trois sachets par jour, cette quantité représente l'équivalent d'une semaine de traitement pour les deux enfants. Leur maman devra par la suite les emmener chaque semaine au programme ambulatoire pour qu'elles obtiennent un suivi médical et pour recevoir les sachets de nourriture thérapeutique. Pour le reste de la famille, Subo emportera une ration de 14 kilos CSB (un mélange de maïs et de soja), du sucre et de l'huile.

La voiture de MSF démarre et s'enfonce dans les paysages verts d'Oromiya. Sheleme et Kutuba sont sorties d'affaire. Du moins pour un temps. Car pendant deux mois, jusqu'aux prochaines récoltes, la nourriture manquera. Subo et son mari devront trouver coûte que coûte de quoi survivre et protéger leurs cinq enfants.

À lire aussi