Plan grand froid : MSF effectue des maraudes dans la rue

Un jeune mineur dans un square à Paris.
Un jeune mineur dans un square à Paris. ©Caroline Fernandez

Dans le cadre du dispositif hivernal, le plan grand froid a été déclenché le 30 janvier. Une équipe du centre de soins médico- psychologique de Médecins Sans Frontières effectue une maraude dans le nord-est parisien. Reportage avec Sarah, coordinatrice de projet.

« Lundi 30 janvier, le niveau 1 du plan grand froid est déclenché. Suite à cette annonce, une infirmière, une travailleuse sociale et moi-même décidons de participer à une  maraude ciblée sur les mineurs étrangers isolés afin d'évaluer la prise en charge de ce public fragile.

Nous nous rendons d’abord au métro Jaurès, où a  lieu  chaque soir la distribution des repas de l'Armée du salut. Plus de 300  personnes attendent leur repas. Nous faisons le point avec eux sur l’apport nutritionnel et la quantité des repas distribués. Les repas sont copieux mais insuffisant si l'on considère que pour certains c'est le seul apport de la journée. Lors de cette  distribution,  les  mineurs  isolés  sont  orientés vers la place du Colonel Fabien où leur sera proposée ou non une place d'hébergement. France Terre  d’Asile  vient  d’obtenir pour deux semaines 30 places d'hébergement supplémentaires dans un gymnase à la station de métro Château-Landon, en plus des  25 places déjà existantes dans un foyer pour mineurs à Colonel Fabien. Ce soir, lundi, ils sont plus d’une soixantaine de mineurs à attendre dans le froid une place pour la nuit. 60 pour 55 places disponibles, c’est au final cinq jeunes qui passeront la nuit dehors.

En cette période de grand froid, nous continuons à être vigilant et à suivre les activités dans la rue. Nous distribuons des duvets mais aussi des gants et des bonnets à ceux qui en ont  besoin  pour éviter les hypothermies, les crevasses ; les gerçures sur les mains. Nous profitons  aussi des maraudes de nos partenaires auprès des mineurs étrangers isolés pour distribuer des documents d'information en  cinq langues sur nos permanences médicales. Dès le lendemain mardi, suite à cette maraude, nous avons  reçu cinq mineurs en consultation. En cette période de grand froid, nous devons être vigilants quant à ce qui se passe dans la rue, et en particulier le suivi de nos patients qui y vivent. »

À lire aussi