Pakistan, récit de terrain : « Une expérience passionnante et riche »

Hôpital d'Hangu bloc opératoire
Hôpital d'Hangu, bloc opératoire ©Vali

Brian Moller est australien. Infirmier de formation, il occupe actuellement le poste de coordinateur de projet pour MSF à Hangu, au Pakistan. Récit de parcours et de mission.

« Je suis infirmier spécialisé en anesthésie pédiatrique, radiologie et angiographie. J'ai travaillé 9 ans en chirurgie pédiatrique et 5 ans dans les blocs d'urgence d'un des plus grands hôpitaux australiens.

J'ai décidé de rejoindre MSF le 1er décembre 2003. Au moment où j'ai lu la charte, ma décision était prise. Je voulais faire partie de ces parcelles d'aide humanitaire dans des zones isolées. 2004 au Libéria, 2005 au Nigéria, 2006 en Haïti, 2007 au Tchad, 2008 à Gaza, 2009 Haïti à nouveau et, depuis 2010, à Hangu, au Pakistan, à environ 70 km de la frontière afghane.

Ce district rural, isolé et pauvre, subit depuis des années le conflit entre groupes d'opposition armés et forces de l'ordre, entre sunnites et chiites, ainsi que la présence de talibans afghans et de groupes liés à Al Qaïda. Sur une population totale de 500 000 personnes, on compte 150 000 déplacés pakistanais et 78 000 réfugiés afghans.

Le district est régulièrement touché par le paludisme et la leishmaniose cutanée*. Il y a aussi beaucoup de diabète, d'hypertension, de problèmes cardiaques sévères, de comas diabétiques, d'insuffisances et de calculs rénaux, de défaillances hépatiques et de cas de tuberculose.

En mai 2010, MSF a ouvert une salle d'urgences et un service de chirurgie au sein de l'hôpital de district. Nous disposons de 42 lits et recevons, en moyenne, 1 200 patients aux urgences chaque mois. Environ 35% d'entre eux souffrent de blessures traumatiques et la plupart des opérations chirurgicales concernent des victimes de violence (balles, arme blanche, explosifs, attentats, mortier, grenades, bombardements ou attaques aériennes, etc.) Parallèlement, notre équipe prend en charge des cas plus « communs » : accidents de la route, domestiques, industriels... Depuis l'ouverture du programme, plus de 15 000 patients ont été pris en charge aux urgences et plus de 600 interventions chirurgicales ont été pratiquées.

Du fait de l'insécurité, l'équipe vit et travaille en permanence dans l'hôpital. Détecteurs de métaux, sacs de sable, fouilles corporelles et des véhicules permettent de faire de l'hôpital la seule zone publique sans armes du district. Ce programme est particulier. Il demande un important effort psychologique, émotionnel et physique. C'est un travail difficile, dans une région difficile. Mais c'est une expérience passionnante, unique et particulièrement riche.

MSF n'accepte aucun financement institutionnel pour ses programmes au Pakistan et a choisi de dépendre uniquement de dons privés. Je tenais à vous remercier pour votre soutien, celui qui rend cela possible ».

* La leishmaniose cutanée est une infection de la peau causée par la piqure d'un phlébotome

 

Depuis 1986, MSF au Pakistan...

... fournit une aide médicale gratuite aux Pakistanais et réfugiés afghans souffrant des conflits armés, de l'accès limité aux soins et des catastrophes naturelles dans la province de Khyber Pakhtunkhwa (KP), dans les Régions tribales fédéralement administrées (FATA), au Baloutchistan.

 

À lire aussi