Pakistan : MSF répond à une augmentation du nombre de cas de diarrhée aqueuse aiguë

Centre de traitement de la diarrhée aqueuse aiguë de Mardan (KP) septembre 2009
Centre de traitement de la diarrhée aqueuse aiguë de Mardan (KP), septembre 2009 ©Jodi Bieber

Depuis le mois de juillet dernier, alors que la saison de la mousson bat son plein, Médecins Sans Frontières a reçu un nombre croissant de patients souffrant de diarrhée aqueuse aiguë dans différentes localités des provinces du Khyber Pakhtunkhwa (KP), ainsi que dans l’Agence de Kurram située dans les zones tribales sous administration fédérale (FATA). MSF renforce ses équipes afin de pouvoir faire face aux besoins médicaux croissants.

Dès le mois de juillet, MSF* a ouvert des centres temporaires de traitements de la diarrhée au sein des hôpitaux de Mingora, district de Swat ; de Timergara, district du Lower Dir ; d’Hangu dans le KP et de Sadda, Agence de Kurram. MSF fournit également les traitements pour les patients hospitalisés dans la salle d’isolement de l’hôpital de Dargai, ainsi qu’au département de consultations externe de l’hôpital d’Alizai, Agence de Kurram. Au 4 septembre, plus de 5 400 patients avaient été pris en charge sur l’ensemble de ces structures.

C’est l’hôpital de Mingora qui reçoit le plus de malades : environ 200 par jour depuis la fin août dont 25% d’enfants âgés de moins de 5 ans.

La diarrhée aqueuse aiguë est une maladie facile à traiter mais elle peut se propager rapidement. C’est pourquoi la prévention est tout aussi importante que le traitement » explique le Dr Jacob Maikere, coordinateur médical MSF. «  Le nombre de cas que nous avons vu arriver, notamment à Swat, a significativement augmenté pendant et après la semaine du 29 août. La situation tend aujourd’hui à se stabiliser, mais nous devons continuer à traiter les patients et maintenir nos efforts pour éviter que la maladie ne flambe ».

Trois expatriés supplémentaires et environ 30 personnels pakistanais du ministère de la Santé viennent renforcer les équipes médicales MSF de Swat et Timergara. Du matériel médical spécifique a également été fourni.

Pour éviter que la maladie ne s’étende, et en collaboration avec les communautés et les autorités sanitaires locales, MSF fournit de l’eau ainsi qu’un soutien en hygiène et sanitation dans les zones les plus touchées : nettoyage, désinfection et chlorage des sources et des puits des villages de Swat et  Timergara. Nos équipes forment également les personnels hospitaliers pakistanais afin de les aider à mieux prendre en charge les malades.

Enfin, MSF suit de très près l’évolution de la situation dans les zones voisines. Suite à des évaluations menées à  Nowshera et Mardan, des traitements – incluant des solutions de réhydratation par voie intra-veineuse et orale – ont été donnés et le personnel des centres de Santé locaux ont été formés.

* Les 3 sections MSF travaillant au Pakistan : Belgique, Hollande et France

Depuis 1986, MSF travaille au Pakistan auprès des Pakistanais et des réfugiés afghans victimes des effets des conflits armés, du manque d’accès aux soins et des catastrophes naturelles. Actuellement, dans les zones tribales sous administration fédérale (FATA) et dans certaines parties du Khyber Pakhtunkhwa (KP), nos équipes fournissent des soins médicaux d’urgence, gratuits, dans l’Agence de Kurram, à Hangu et Peshawar ; Mais aussi dans les districts de Lower Dir, Malakand et Swat, ainsi que dans la province du Balouchistan. Les programmes menés par MSF au Pakistan ne sont financés que par des dons privés.

À lire aussi