Pakistan : MSF prend en charge 58 victimes de l’attentat du 26 mai à Hangu

Prise en charge d'une victime d'explosion aux urgences MSF de l'hôpital d'Hangu  Février 2011
Prise en charge d'une victime d'explosion aux urgences MSF de l'hôpital d'Hangu - Février 2011 ©Pierre Boyer

Jeudi 26 mai 2011, un attentat suicide a fait 36 morts et une soixantaine de blessés près d'un poste de police de la ville d'Hangu, au Nord-Ouest du Pakistan ; à quelques rues de l'hôpital où MSF intervient dans les services des urgences et de chirurgie. En collaboration avec les équipes de l'hôpital, MSF a pris en charge 58 victimes.

Brian Moller, responsable du projet MSF à Hangu, témoigne : « deux minutes après l'explosion, les blessés affluaient aux urgences où nous avons directement géré le triage. Il y avait des traumatismes crâniens sévères, des fractures multiples, des blessures graves à la poitrine, des éclats aux bras et aux jambes. La plupart des patients ont déjà quitté l'hôpital, 7 ont subi une intervention chirurgicale d'urgence, 4 ont été référés vers Peshawar et nous en avons encore 21 hospitalisés dans notre service de chirurgie dont 3 toujours dans un état critique. Mais, malgré l'afflux de blessés et le chaos qui ont suivi l'explosion, nous avons pu sauver de nombreuses vies ».

Des renforts en ressources humaines (coordination générale et médicale) sont arrivés d'Islamabad dès le lendemain matin. Le chirurgien de notre programme de Peshawar a également rejoint les équipes d'Hangu. Un soutien psychologique sera proposé aux personnels, expatriés et Pakistanais, qui en ressentiraient le besoin.

Thomas Conan, chef de mission MSF au Pakistan, également arrivé sur place : « la plupart des fenêtres de l'hôpital ont été détruites par le souffle de l'explosion. La salle d'accouchement devra être nettoyée à fond, mais on ne déplore pas plus de dégâts et surtout aucun personnel hospitalier blessé ».

Brian Moller constate : « depuis un an maintenant que nous travaillons à Hangu, nous avons déjà du répondre plus d'une vingtaine de fois à des évènements comme celui-ci, occasionnant de nombreuses victimes ».

Etre préparé à faire face à ce type d'urgence est crucial pour pouvoir correctement répondre aux besoins. C'est pourquoi, le personnel hospitalier a été formé au triage des victimes et à la mise en en œuvre de plans d'action en cas de dommages de masse.

Afin d'assurer la sécurité des patients et des équipes médicales, MSF interdit formellement l'introduction de toute arme à l'intérieur de l'hôpital et exhorte tous les membres de la communauté, des partis politiques, des forces armées et des groupes d'opposition à respecter la neutralité des structures de Santé.

MSF était la première ONG à fournir un soutien médical à l'hôpital d'Hangu. Au total, depuis un an, nos équipes ont pris en charge plus de 15 500 patients aux urgences et mené 700 interventions chirurgicales.

Depuis 1986, MSF œuvre au Pakistan auprès des Pakistanais et des réfugiés afghans victimes des effets des conflits armés, du manque d'accès aux soins et des catastrophes naturelles. Actuellement, dans les zones tribales sous administration fédérale (FATA) et dans certaines parties du Khyber Pakhtunkhwa (KP), nos équipes fournissent des soins médicaux d'urgence, gratuits, dans l'Agence de Kurram, à Hangu et Peshawar ; Mais aussi dans les districts de Lower Dir, Malakand et Swat, ainsi que dans les provinces du Balouchistan et du Sindh. Les programmes menés par MSF au Pakistan ne sont financés que par des dons privés.

À lire aussi