Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Pakistan : les populations victimes de l’intensification des combats

Pakistan octobre 2008.
Pakistan, octobre 2008. © MSF

Les affrontements entre les forces gouvernementales et les militants anti-gouvernementaux dans la province frontalière du Nord Ouest et dans les zones tribales pakistanaises  se sont intensifiés tout au long de l'année 2008. Les attaques aériennes de l'armée américaine dans la région ont également ajouté à l'insécurité dans la région. En août, des milliers de Pakistanais ont été déplacés à l'intérieur du pays ou ont fui vers l'Afghanistan voisin. Dans le même temps, l'armée pakistanaise a procédé à des expulsions de réfugiés afghans, notamment dans le Bajaur Agency, en raison de leurs liens présumés avec des groupes de militants.

Tout au long de l'année, dans le Bajaur Agency et dans les régions de Swat et de Mohmand, attentats suicide, attaques aériennes ou fusillades ont fait des centaines de morts et de blessés, et provoqué l'exode de milliers de personnes. MSF a fourni à des milliers de déplacés du matériel de première nécessité : couvertures, matelas, abris, kits d'hygiène et nourriture.

Afin de répondre à l'augmentation soudaine du nombre de blessés de guerre, MSF a dû adapter ses programmes de soins primaires en fournissant des médicaments et du matériel adaptés et en mettant en place un système de transfert des blessés. Dans des camps, MSF a également pris en charge le traitement de la diarrhée aqueuse due à la mauvaise qualité de l'eau.

Pour pallier la fermeture des cliniques locales en raison des violences, MSF a mis en place des dispensaires mobiles en partenariat avec des fournisseurs de soins locaux, et établi un service d'ambulance clairement identifiable pour conduire les patients dans les hôpitaux en toute sécurité.

 


Au cours des nombreux couvre-feux imposés par l'armée, l'ambulance de MSF a été le seul véhicule autorisé à circuler dans ces régions et a pu ainsi transporter 700 patients en cinq mois - principalement des femmes sur le point d'accoucher et des victimes des violences.

En octobre, la violence a poussé des centaines de milliers de personnes à fuir en quelques jours dans les régions voisines.

En octobre, la violence a poussé des centaines de milliers de personnes à fuir en quelques jours dans les régions voisines. Pour échapper aux raids aériens et aux bombardements, nombre d'entre elles ont trouvé refuge dans des maisons privées, des mosquées, des écoles et des camps de fortune. Pour répondre aux nombreux cas de diarrhées dans les camps, MSF a fournit de l'eau potable et s'est investie dans l'hygiène et l'assainissement tandis que les autorités locales fournissaient les soins médicaux de base. 

Dans le Kurram Agency, porter assistance devient de plus en plus difficile en raison de l'insécurité et des violences persistantes dues aux groupes militants armés qui sévissent dans la région. Les activités principales de MSF ont été des soins de santé mère et enfant, ainsi que des soins chirurgicaux obstétriques et néonataux d'urgence. En raison de l'insécurité, seuls les patients dans un état critique devront courir le risque de voyager pour atteindre un hôpital.

La sécurité du personnel de MSF représente une source d'inquiétude croissante. Les attaques à l'encontre des humanitaires sont de plus en plus préoccupantes. Des ambulances de MSF ont déjà fait l'objet d'attaques et les équipes se trouvent régulièrement à proximité de zones où des combats éclatent.

Dans le Balouchistan, à l'ouest du pays, MSF vient en aide aux réfugiés afghans au sein du centre de soins mère et enfant situé près de Quetta, la capitale de la province.

Dans la ville frontalière de Chaman où les acteurs de la santé s'efforcent de fournir des soins aux habitants, MSF apporte des soins à la population locale ainsi qu'aux patients en provenance d'Afghanistan : soins de santé primaire, soins obstétriques d'urgence, soins néonataux et prise en charge nutritionnelle.

La région orientale du Balouchistan, riche en réserves de gaz naturel mais pauvre en infrastructures sanitaires, connaît un conflit interne depuis plus de 30 ans.

MSF y a mis en place un programme alimentaire d'urgence pour les enfants des districts de l'est de Jafarabad et Nasirabad.

En trois mois, plus de 1 000 enfants souffrant de malnutrition
ont pu être soignés. Outre le conflit armé, la région montagneuse du Nord Ouest du Balouchistan a été frappée, le 29 octobre, par un tremblement de terre d'une magnitude de 6,4.

La majeure partie des maisons en terre séchée ont été détruites et les habitants contraints de dormir dehors dans le froid en raison des dégâts et par peur d'éventuelles répliques.

Selon les chiffres officiels, le séisme a fait 300 morts, 35 000 blessés et 40 000 sans abris. En plus de l'aide médicale d'urgence et des distributions de produits de première nécessité, les équipes de MSF ont également apporté des soins de santé psychique aux populations touchées par la catastrophe.

À lire aussi