URGENCE GAZA

Rouvrir une clinique dans la ville de Gaza :
« Nous avons vécu les jours les plus difficiles de notre vie »

Regarder la vidéo

Fonds Régional Urgence Gaza

Chapo

Grâce à vous, nos équipes peuvent continuer d'agir pour sauver des vies dans la région de Gaza.

je donne au Fonds Régional d'Urgence Gaza

Ouganda - MSF répond à l'épidémie de méningite dans le nord-ouest

Depuis la confirmation, début janvier, de premiers cas de méningite à méningocoques A, au nord-ouest de l'Ouganda, Médecins Sans Frontières travaille en étroite collaboration avec le ministère de la Santé ougandais et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour réduire la mortalité, contenir la propagation de l'épidémie et renforcer le système de surveillance épidémiologique.

« Si aucun traitement n'est disponible et que des campagnes de vaccination ne sont pas lancées, les épidémies de méningite bactérienne peuvent se répandre rapidement et entraîner des centaines de morts », déclare Renaud Leray, chef de mission pour MSF en Ouganda. Le seuil épidémique (10 cas pour 100.000 habitants par semaine) a été franchi dans les districts de Koboko et d'Arua à la mi-janvier. Deux semaines après, une équipe d'urgence de MSF (19 expatriés et plus de 40 personnes recrutées localement) était basée à Arua pour travailler dans toute la région.
illustration
Méningite: une urgence médicale
Au 11 février, les autorités sanitaires avaient enregistré 1 474 cas de méningite et 44 décès dans les districts de Koboko et d'Arua. MSF y soutient la prise en charge des cas dans 25 structures de santé.
Réduire la mortalité par une prise en charge des cas de qualité
Au 11 février, les autorités sanitaires avaient enregistré 1 474 cas de méningite et 44 décès dans les districts de Koboko et d'Arua. MSF y soutient la prise en charge des cas dans 25 structures de santé. « Le taux de létalité (proportion des malades qui décèdent) est pour l'instant relativement faible, entre 2,4 et 5,6% suivant les régions, déclare le Dr Chantal Umutoni, coordinatrice médicale pour MSF en Ouganda, mais nous devons continuer à surveiller étroitement la situation. » MSF a déjà fourni plus de 1.600 doses de chloramphénicol huileux, le traitement antibiotique le plus efficace, aux structures de santé dans lesquelles notre organisation supervise la prise en charge des cas. Une simple injection, efficace dans les 24 heures, est suffisante dans la plupart des cas. MSF utilise de la ceftriaxone comme traitement de deuxième intention ainsi que chez les femmes enceintes et les enfants âgés de deux mois à un an.
illustration
Vaccination de masse
Pour contrer l'épidémie, MSF participe à une campagne de vaccination de masse ciblant plus de 450.000 personnes dans les districts d'Arua et de Koboko.
Cibler les zones les plus touchées pour endiguer l'épidémie
À partir du 2 février, MSF, le ministère de la santé ougandais et l'OMS ont collaboré pour mener une série de campagnes de vaccination ciblant au total 450.000 personnes. Les équipes de MSF ont fournit des vaccins, du matériel médical et un soutien logistique et financier. Depuis le lancement de la campagne de vaccination, plus de 191.000 personnes ont été vaccinées sous le contrôle de MSF dans 70 sites différents dans les districts d'Arua et de Koboko. Le ministère de la santé ougandais a de son côté vacciné 260 000 personnes supplémentaires.

« Endiguer une épidémie de méningite ne nécessite pas seulement des vaccins et des seringues. On doit avoir un système de surveillance épidémiologique fiable, une prise en charge des cas de qualité et une stratégie forte pour la campagne de vaccination », déclare Renaud. Pour la vaccination, il faut commencer là où le taux d'attaque - le nombre de cas rapporté à la population - est le plus élevé puis étendre la campagne à tous les endroits où le seuil d'alerte a été franchi.
Pour étendre la campagne de vaccination, une commande supplémentaire de vaccins est en cours auprès de l'ICG, un groupe international de coordination en charge de l'approvisionnement en vaccin lors d'épidémies de méningite.
illustration
Défi logistique
Pour préserver leur efficacité, les vaccins doivent être conservés entre 2 et 8°C jusqu'à l'injection. 14 congélateurs et frigidaires produisent chaque jour 450 kg de glace, puis les vaccins sont maintenus à bonne température dans des glacières.

Maintenir la « chaîne du froid »
Les campagnes de vaccination de masse nécessitent d'importants moyens logistiques. Pour préserver l'efficacité du vaccin contre la méningite, les doses doivent être conservées entre 2 et 8 degrés Celsius jusqu'à l'injection. MSF a établi un système de « chaîne du froid » en collaboration avec le ministère de la Santé. Notre base dans la ville d'Arua est équipée de 14 congélateurs et frigidaires qui produisent presque 450 kg de glace chaque jour. Trente grandes glacières, capables de maintenir la température pendant trois jours, servent de stocks décentralisés à proximité des sites de vaccination. Enfin, les équipes de vaccination travaillent avec des glacières plus petites, d'une contenance de 500 doses de vaccin.

D'autres flambées épidémiques de méningite se sont également produites dans toute cette région, avec des cas en République Démocratique du Congo et au sud du Soudan, où MSF est aussi en train d'évaluer la situation.

Photographies: © Vanessa Vick, Ouganda, février 2007

À lire aussi