Niger: malnutrition et paludisme à Madarounfa

<p>Déjà touché par une crise alimentaire et nutritionnelle sévère, le Niger est confronté cette année à une importante épidémie de paludisme. Entre janvier et fin septembre 2010, plus de 2 300 000 cas avaient déjà été enregistrés dans le pays. © Halimatou Amadou / MSF</p>

Déjà touché par une crise alimentaire et nutritionnelle sévère, le Niger est confronté cette année à une importante épidémie de paludisme. Entre janvier et fin septembre 2010, plus de 2 300 000 cas avaient déjà été enregistrés dans le pays. © Halimatou Amadou / MSF

Dans certains districts du pays, comme celui de Madarounfa, dans la région de Maradi, le paludisme est à l\'origine de la moitié des consultations médicales. MSF et l\'ONG médicale nigérienne Forsani y gèrent une unité d\'hospitalisation et soutiennent trois centres de santé du ministère de la Santé nigérien. © Halimatou Amadou / MSF

Les tests diagnostiques rapides permettent de simplifier le dépistage de la forme la plus létale de paludisme, celle due au plasmodium falciparum. A partir d\'une goutte de sang prélevée chez le patient, ces tests permettent de déceler la présence du parasite en quelques minutes. © Halimatou Amadou / MSF

Lorsque les patients souffrent de formes simples de paludisme, ils reçoivent un traitement combiné et peuvent rentrer à leur domicile. Seuls les cas les plus sévères, ou compliqués par d\'autres pathologies, nécessitent une hospitalisation dans les structures de santé soutenues par MSF et ses partenaires. © Halimatou Amadou / MSF

Les enfants malnutris qui sont aussi touchés par le paludisme sont particulièrement à risque. Chez ces enfants, l\'anémie provoquée par le paludisme se rajoute à celle due à la malnutrition, et peut avoir des conséquences fatales. © Halimatou Amadou / MSF

Malnutrition et paludisme constituent un engrenage dangereux, parfois mortel : les enfants malnutris, dont le système immunitaire est affaibli, auront plus de difficultés à lutter contre la maladie. Le paludisme, à son tour, provoque souvent une perte de poids chez l\'enfant. Faute d\'une alimentation adaptée, l\'enfant va alors sombrer dans la malnutrition. © Halimatou Amadou / MSF

MSF a déjà pris en charge près de 130 000 patients atteints de paludisme dans les structures de santé qu\'elle soutient dans les régions de Maradi, Zinder, Tahoua et Agadez.
Depuis le début de l\'année, MSF a aussi pris en charge plus de 100 000 enfants malnutris et a effectué des distributions de suppléments nutritionnels à destination de 143 000 autres enfants. © Halimatou Amadou / MSF

1 / 7

Déjà touché par une crise alimentaire et nutritionnelle sévère, le Niger est confronté cette année à une importante épidémie de paludisme. Entre janvier et fin septembre 2010, plus de 2 300 000 cas avaient déjà été enregistrés dans le pays. © Halimatou Amadou / MSF

Dans certains districts du pays, comme celui de Madarounfa, dans la région de Maradi, le paludisme est à l\'origine de la moitié des consultations médicales. MSF et l\'ONG médicale nigérienne Forsani y gèrent une unité d\'hospitalisation et soutiennent trois centres de santé du ministère de la Santé nigérien. © Halimatou Amadou / MSF

Les tests diagnostiques rapides permettent de simplifier le dépistage de la forme la plus létale de paludisme, celle due au plasmodium falciparum. A partir d\'une goutte de sang prélevée chez le patient, ces tests permettent de déceler la présence du parasite en quelques minutes. © Halimatou Amadou / MSF

Lorsque les patients souffrent de formes simples de paludisme, ils reçoivent un traitement combiné et peuvent rentrer à leur domicile. Seuls les cas les plus sévères, ou compliqués par d\'autres pathologies, nécessitent une hospitalisation dans les structures de santé soutenues par MSF et ses partenaires. © Halimatou Amadou / MSF

Les enfants malnutris qui sont aussi touchés par le paludisme sont particulièrement à risque. Chez ces enfants, l\'anémie provoquée par le paludisme se rajoute à celle due à la malnutrition, et peut avoir des conséquences fatales. © Halimatou Amadou / MSF

Malnutrition et paludisme constituent un engrenage dangereux, parfois mortel : les enfants malnutris, dont le système immunitaire est affaibli, auront plus de difficultés à lutter contre la maladie. Le paludisme, à son tour, provoque souvent une perte de poids chez l\'enfant. Faute d\'une alimentation adaptée, l\'enfant va alors sombrer dans la malnutrition. © Halimatou Amadou / MSF

MSF a déjà pris en charge près de 130 000 patients atteints de paludisme dans les structures de santé qu\'elle soutient dans les régions de Maradi, Zinder, Tahoua et Agadez.
Depuis le début de l\'année, MSF a aussi pris en charge plus de 100 000 enfants malnutris et a effectué des distributions de suppléments nutritionnels à destination de 143 000 autres enfants. © Halimatou Amadou / MSF

1 / 7

À lire aussi