Lettre de Médecins Sans Frontières et d'Oxfam aux 39 compagnies pharmaceutiques qui poursuivent le gouvernement sud-africain en justice

Un an après le procès de Pretoria qui avait donné la priorité à la vie par rapport aux profits le gouvernement sud africain change sa politique sur le sida.
©MSF

MSF et Oxfam demandent ensemble aux 39 compagnies pharmaceutiques qui poursuivent le gouvernement sud-africain en justice de retirer leur plainte.

Madame, Monsieur,

Le 18 février 1998, votre compagnie, au coté de 38 autres laboratoires pharmaceutiques et une organisation industrielle, ont engagé des poursuites contre le gouvernement d'Afrique du Sud dans l'objectif d'empêcher l'application de l'amendement ( n° 90 de 1997) de la loi sur le contrôle des médicaments et des substances apparentées.

Cette législation vise à se doter des moyens nécessaires pour faire face au manque croissant de médicaments disponibles à des prix abordables en Afrique du Sud, en encourageant l'usage des médicaments génériques et en autorisant les importations parallèles. Le 5 mars 2001, cette plainte sera portée devant la Haute Cour de Prétoria en Afrique du Sud.

Bien que le gouvernement sud-africain ait été accusé d'apporter une réponse tardive au problème du sida, il s'est récemment lancé dans un vaste programme national de lutte contre la transmission materno-infantile du HIV en utilisant les anti-rétroviraux.

Cependant, la capacité du gouvernement à fournir des traitements de long terme aux malades atteints du sida - un besoin urgent dans un pays où un adulte sur 5 est séropositif- est gravement remise en question par le coût élevé des médicaments en Afrique du Sud. De plus, il est indispensable d'améliorer l'accès aux médicaments essentiels pour d'autres pathologies très répandues dans ce pays comme le paludisme, la tuberculose ou d'autres maladies infectieuses.

Récemment, nombres de compagnies pharmaceutiques ont reconnu la nécessité d'améliorer l'accès aux médicaments essentiels. Il est temps de mettre en conformité les mots avec les actions.

Nous vous demandons donc de retirer officiellement votre plainte.

En agissant ainsi, votre compagnie s'engagerait clairement à contribuer à la mise en place d'une solution durable et cohérente pour faire face à cette crise.

Dans l'attente d'une réponse de votre part, je vous prie d'agréer Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.

Oxfam et Médecins Sans Frontières

À lire aussi