Tremblements de terre en Syrie et en Turquie

Tremblements de terre en Turquie et en Syrie :
MSF lance une intervention d'urgence

En savoir plus

Séismes en Turquie et en Syrie

Chapo

Aidez nos équipes à intervenir immédiatement auprès des populations partout où l'urgence frappe. Soutenez notre fonds d'urgence.

Je donne

La volonté d'en faire plus

Au
1er septembre 2006, plus de 10.000 enfants étaient pris en charge dans
notre programme nutritionnel dans la région de Maradi. Depuis janvier
2006, nous avons fait évoluer notre stratégie opérationnelle pour
limiter le nombre de décès et tenter d'éviter que les enfants ne
sombrent dans la malnutrition sévère. Premier bilan avec le docteur
Isabelle Defourny, de retour du Niger.

Trois mois après le début de la période de soudure, quelle est la situation nutritionnelle au Niger ?
Même si nous ne sommes plus dans la configuration de crise aiguë de l'année dernière, tous les indicateurs témoignent d'une situation qui reste extrêmement grave : 250.000 enfants souffrant de malnutrition aiguë ont été pris en charge à l'échelle du pays, toutes ONG confondues (1), entre janvier et fin août 2006.

Notre programme dans la région de Maradi a admis plus de 45 000 enfants depuis le début de l'année, dans seulement deux départements. Ce sont des chiffres très importants et d'autant plus choquants que le contexte est moins mauvais qu'en 2005 : les dernières récoltes sont correctes et, même s'ils demeurent élevés, les prix sur le marché restent stables.

De plus, ces chiffres ne reflètent que le nombre d'enfants soignés, ceux qui sont dépistés et qui rentrent dans les critères de prise en charge nutritionnelle. Les autres n'ont pas un bon statut nutritionnel pour autant... Au Niger, la très grande majorité des enfants de moins de cinq ans n'a pas accès aux aliments de la petite enfance, adaptés à leurs besoins nutritionnels. En fait, chaque année, le Niger connaît une catastrophe démographique parmi la population infanto-juvénile : un enfant sur cinq meurt avant sa cinquième année. La malnutrition est un facteur important de cette forte mortalité, l'une des plus élevées au monde.
illustration
Niger - avril 2006
© Portal Ferreiro

En 2006, Médecins Sans Frontières a décidé de faire évoluer sa stratégie de prise en charge de la malnutrition aiguë. En quoi consiste-t-elle ?
Depuis plusieurs années, nous utilisons un produit thérapeutique qui a fait son apparition à la fin des années 90 et qui consiste en une pâte de lait et d'arachide, enrichie en micro-nutriments. Elle est prête à l'emploi, c'est-à-dire qu'elle ne nécessite ni eau ni récipient et qu'elle peut être consommée par l'enfant à domicile, avec une surveillance médicale allégée. Elle permet aux enfants souffrant de malnutrition aiguë de reprendre du poids de façon rapide et efficace. Mais elle apporte aussi à l'organisme une balance adéquate des nutriments essentiels.
Nous l'avons utilisée pour la première fois à une très grande échelle l'année dernière, pour les enfants qui se trouvaient au stade sévère de la malnutrition. Plus de 60 000 enfants traités, avec plus de 90% de guérison : les résultats de cette prise en charge se sont avérés très satisfaisants. Nous nous sommes donc posé une question simple : pourquoi ne pas utiliser ce produit, qui a fait la preuve de son efficacité, plus tôt, sans attendre que l'enfant ne bascule dans un état sévère, et pour limiter les risques de mortalité ? C'est ce que nous avons fait début 2006, en donnant ce produit thérapeutique aux enfants dès qu'ils entrent dans la malnutrition aiguë. C'est une pratique tout à fait nouvelle, car l'aliment utilisé par l'ensemble des acteurs de l'aide pour ces enfants est une farine enrichie qui nécessite une préparation avec de l'eau, qui ne contient pas de lait et qui est bien moins adaptée aux besoins nutritionnels de la petite enfance.

Quels sont les résultats huit mois après ?
Ce produit est plus efficace que la farine enrichie, les enfants reprennent du poids plus rapidement, le traitement dure trois à quatre semaines au lieu de deux mois. Le taux de guérison est supérieur à 95% et le taux de décès inférieur à 1% dans l'ensemble du programme. Et nous avons beaucoup moins d'enfants dans un état sévère que par le passé. On peut donc penser que cette stratégie a permis de prévenir la malnutrition aiguë à un stade sévère et de limiter la mortalité.
Mais nous constatons à la fois l'efficacité en termes de résultats et les limites de cette stratégie. Pour qu'elle puisse être mise en oeuvre dans un pays comme le Niger, à l'échelle nationale, et pour avoir encore plus d'impact sur la mortalité des enfants de moins de cinq ans, nous avons encore des pistes de travail à explorer.

Quelles sont ces pistes de travail ?
Nous poursuivons la même logique depuis plusieurs années : comment limiter le nombre de décès liés à la malnutrition dans un foyer d'épidémie ? Nous avons d'abord travaillé sur une stratégie pour les cas les plus sévères, et ce protocole a été adopté par les autorités nigériennes dans tout le pays.

Puis, cette année, nous élargissons notre réponse à tous les cas de malnutrition aiguë. Mais c'est trop lourd pour être mis en oeuvre par le système de santé d'un pays qui compte, chaque année, des centaines de milliers d'enfants malnutris. Ni le Niger, considéré comme le pays le plus pauvre au monde, ni aucun autre acteur ne peut assumer un tel dispositif sur plusieurs années. De plus, il reste tous les enfants qui, sans être gravement malnutris, ont un statut nutritionnel insuffisant pour lutter contre les infections, parfois mortelles.

Nous pouvons aller plus loin dans la simplification et l'amélioration de la réponse médico-nutritionnelle dans nos programmes, mais elle doit nécessairement être accompagnée d'une stratégie de prévention de la malnutrition aiguë. C'est non seulement pertinent au niveau individuel ? l'enfant reçoit ce dont il a besoin pour avoir moins de risques de tomber malade ? mais c'est aussi indispensable pour réduire le nombre d'enfants exigeant des soins médicaux, et pour pouvoir les soigner.

Ce projet est très ambitieux. Pour le réaliser, il est nécessaire que nous obtenions le produit thérapeutique que nous utilisons, le Plumpy Nut, à un prix beaucoup moins élevé et que nous trouvions un produit efficace, un équivalent du lait enrichi pour les enfants de moins de cinq ans, pour prévenir la malnutrition.

(1) - Source UNICEF

À lire aussi