Fonds d’urgence COVID-19

Donnez à nos équipes les moyens de faire face à l’épidémie et à ses conséquences sur nos terrains d’intervention.

Je donne

Kenya - MSF soigne de nouveaux blessés à Nairobi

Bidonville de Mathare Nairobi
Bidonville de Mathare, Nairobi © Gaby Frank/MSF

34 blessés ont été pris en charge dans des postes médicaux mis en place par MSF dans des bidonvilles de Nairobi, à Mathare et Kibera, depuis le mercredi 16 janvier. Parmi ces patients, huit ont été blessés par balle. Plusieurs blessés ont été transférés à l'hôpital.

34 blessés ont été pris en charge dans des postes médicaux mis en place par MSF dans des bidonvilles de Nairobi, à Mathare et Kibera, depuis le mercredi 16 janvier. Parmi ces patients, huit ont été blessés par balle. Plusieurs blessés ont été transférés à l'hôpital.

C'est dans le bidonville de Mathare que l'équipe MSF a reçu le plus grand nombre de blessés ces derniers jours. Les deux postes médicaux avancés dans le bidonville ont reçu 32 patients victimes de violences dans la rue, entre mercredi 16 janvier et vendredi 18 janvier en milieu d'après-midi.


Déplacements impossibles.
Jeudi 17 janvier en début de soirée, trois blessés par balle ont reçu les premiers soins, jusqu'à stabilisation de leur état et leur transfert, par ambulance, vers un hôpital. Deux autres blessés par balle souffraient de blessures moins graves et ont pu être soignés sur place. Plus tard dans la soirée, l'équipe MSF a reçu un appel concernant trois blessés et deux morts mais n'a pas pu se rendre sur les lieux, les déplacements étant trop risqués la nuit.

Blessures graves. Vendredi 18 janvier à Kibera, où MSF avait renforcé deux de ses cliniques pour répondre à une éventuelle arrivée de blessés, deux enfants ont été soignés pour des blessures par balle.

 

 

L'un âgé de 13 ans et l'autre plus jeune encore, avaient reçu une balle dans la jambe à Kibera. MSF appuie également l'hôpital privé de Masaba pour traiter 9 personnes blessées arrivées vendredi. 4 personnes décédées ont également été enregistrées à cet hôpital.

La majorité des patients, dont deux femmes, souffraient de blessures parfois graves dues à des coups portés avec des armes blanches ou des bâtons. Pour plusieurs patients battus, il a été nécessaire d'organiser un transfert vers un hôpital.

Dispositif d'urgence. Le dispositif de prise en charge d'urgence de MSF restera opérationnel dans les bidonvilles de Mathare et de Kibera. A Mathare, deux postes médicaux ont été établis dans la Blue House (la clinique MSF pour le programme sida-tuberculose) et la National Council of Churches of Kenya.

L'équipe médicale d'une quinzaine de personnes (dont cinq médecins) et huit secouristes y travaillent. Trois ambulances circulent dans le bidonville et répondent aux appels signalant des blessés.
Pour les cas les plus graves, un système de référence a été organisé avec l'hôpital public de référence et un hôpital privé. A Kibera, le Kibera South Health Center et la clinique de Gatwekera, où MSF offre normalement des soins de santé primaire et des soins VIH/sida, restent préparés à recevoir des blessés.

À lire aussi